Panne d’inspiration: 4 façons de rebondir Reviewed by Philippe Jean Poirier on . Quand notre métier consiste à générer des idées, on n’a pas le luxe de se tourner les pouces devant la page blanche. Voici 4 trucs pour retrouver l’inspiration. Quand notre métier consiste à générer des idées, on n’a pas le luxe de se tourner les pouces devant la page blanche. Voici 4 trucs pour retrouver l’inspiration. Rating: 0

Panne d’inspiration: 4 façons de rebondir

Quand notre métier consiste à générer des idées, on n’a pas le luxe de se tourner les pouces devant la page blanche. Voici 4 trucs pour retrouver l’inspiration.

12 juillet 2017

1. Changer la perspective

Que l’on soit un entrepreneur qui démarre sa start-up ou un créatif du milieu de la pub, croire à ses idées est le minimum requis pour réussir à battre la compétition. Sauf que, parfois, c’est aussi cette conviction inébranlable en nos idées qui nous aveugle et nous empêche d’avancer.

Devant une impasse créative, il est bon de regarder le problème sous un nouveau jour, avec une perspective différente. L’exercice est simple: se mettre à la place du client, du consommateur, du spectateur et tenter d’imaginer son expérience à lui.

Comment va-t-il recevoir notre idée, notre création, notre produit? Dans quel contexte? Quels sont ses préoccupations, ses attentes, ses désirs?

2. «Kill your darlings»

Chaque créatif a ses procédés favoris, des tournures de phrases qu’il affectionne, un modus operandi sur lequel il se rabat pour obtenir un effet qu’il sait maîtriser. Ce sont pour lui des «valeurs sûres» qu’il croit au-dessus de toute critique. C’est ce que William Faulkner et Stephen King appellent leurs «darlings».

Le conseil du maître de l’horreur:

Kill your darlings, even when it breaks your egocentric little scribbler’s heart.»

(Traduction libre: «Tue tes procédés préférés, même si ça brise ton p’tit cœur égocentrique de scribouilleur.»)

En d’autres mots, ne pas trop s’attacher à un élément en particulier d’une histoire, d’un projet, d’un produit. On ne fait alors qu’assouvir son ego, en ajoutant des contraintes inutiles à la création en cours.

3. Ouvrir les vannes

Faisons un pas de plus en arrière. Car, parfois, c’est tout le cadre de réflexion qu’il faut ouvrir. Embrasser un horizon plus large. S’exposer à de nouvelles idées. La créativité, à cet égard, ressemble à l’agriculture: la monoculture appauvrit aussi bien le sol que les idées!

Comment élargir son horizon? En regardant un film qui ne nous dit rien a priori, en lisant des livres; pas juste des biographies, de la fiction aussi! En sortant de notre zone de confort, finalement. De nouveaux points de vue émergeront, de nouvelles idées, pour revitaliser notre terreau créatif.

4. S’attacher à la table, travailler

Dans un projet «créatif», il est bon de se rappeler que l’inspiration ne fait pas foi de tout. D’autres aspects doivent être pris en considération et nécessitent un travail considérable. En cas de panne d’inspiration, on peut choisir de concentrer ses efforts sur ces aspects du projet dans l’espoir que les idées viennent d’elles-mêmes en cours de route.

En marketing, on s’appliquera à mieux définir la clientèle cible. En journalisme, on poursuivra la recherche et la documentation. En scénarisation, on s’attaquera à la structure de l’histoire (en repensant l’élément déclencheur, le pivot, etc.).

Bonne inspiration!

La formation en lien avec le sujet:

Rédiger pour le Web: principes, techniques et astuces

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste indépendant qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Mandats actuels: recherche d’emploi, vie au travail, TI, finances personnelles, tourisme, famille et vélo. Courriel: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page