Que préférez-vous: l’anonymat ou la sécurité? Reviewed by Philippe Jean Poirier on . S’il y a lieu de faire la distinction entre l’anonymat numérique et la sécurité informatique, c’est que les stratégies à déployer pour assurer l’un ou l’autre s S’il y a lieu de faire la distinction entre l’anonymat numérique et la sécurité informatique, c’est que les stratégies à déployer pour assurer l’un ou l’autre s Rating: 0

Que préférez-vous: l’anonymat ou la sécurité?

S’il y a lieu de faire la distinction entre l’anonymat numérique et la sécurité informatique, c’est que les stratégies à déployer pour assurer l’un ou l’autre sont différentes. Nous en parlons avec Jean-Philippe Décarie-Mathieu, consultant et chroniqueur informatique à l’émission de cybersécurité Les Chiens de garde.

15 novembre 2017

En tant qu’internaute, qu’est-ce qui vous agace le plus: est-ce de vous sentir «observé» par les géants du Web (Google et Facebook, pour ne pas les nommer) lorsqu’ils poursuivent leur insatiable collecte de données personnelles, comme nous le rappelle cet article du Times; ou est-ce le risque d’attraper un virus en cliquant par mégarde sur un pop-up corrompu?

C’est important de le savoir. Car, la réponse à cette question vous guidera dans le choix de votre navigateur:

Au niveau de la sécurité pure, c’est Google Chrome qui est gagnant, dit Jean-Philippe Décarie-Mathieu. Ça me fait mal de le dire, parce que j’aime beaucoup Firefox… Mais pour avoir mené plusieurs tests sur l’un et l’autre, le filtre de protection de Google Chrome est vraiment plus efficace. Il ne laisse rien passer.»

Toutefois, du côté du respect de la vie privée et des données personnelles, le navigateur Firefox est mieux que Google Chrome. En fait, c’est tout le modèle d’affaires de Google qui est basé sur la revente d’informations personnelles.»

Aux adeptes de l’anonymat

Heureusement, ce n’est pas toutes les applications qui posent ce genre de dilemme. En ce qui concerne le besoin d’anonymat sur le Web, il existe tout un éventail d’extensions sécuritaires à intégrer à la barre de navigation, à commencer par l’utilisation d’un VPN sécurisé:

Un VPN sécurisé agit comme une passerelle pour se connecter à Internet, explique Jean-Philippe Décarie-Mathieu. Les requêtes sont envoyées à la passerelle en question, qui, elle, va accéder au site Web que vous voulez atteindre. Notre adresse IP demeure donc invisible aux yeux du site que l’on visite.»

À cela s’ajoute l’option d’encrypter l’information pendant le transit, ce qui rend la passerelle opaque. Il est également possible de choisir la géolocalisation de nos requêtes. Une application comme TunnelBear, par exemple, permet de consulter du contenu numérique dans 20 pays différents.

Les internautes les plus soucieux de leur anonymat poursuivront leur quête sur le Web profond, en utilisant une application comme Tor, qui est ¨un clone du navigateur Firefox¨, explique Jean-Philippe Décarie-Mathieu, permettant d’émettre des requêtes transitant par plusieurs points de contact, un gage d’anonymat encore plus fort.»

Aux adeptes de la sécurité

Du point de vue de la sécurité numérique, les bases sont désormais couvertes par les fabricants d’ordinateurs, de systèmes d’exploitation ou de routeurs Wi-Fi, fait remarquer Jean-Philippe Décarie-Mathieu. La plupart des ordinateurs ont des antivirus tout à fait potables pour se protéger des virus.

Avant d’aller chercher le logiciel ultime qui nous protège contre tous les virus, c’est bon de concentrer son attention sur les bonnes pratiques», dit le consultant en cybersécurité.

Des exemples?

Ne pas cliquer sur n’importe quoi… Si vous recevez un courriel qui semble venir de votre banque et qu’on vous demande de cliquer sur le lien parce qu’on a perdu votre mot de passe… C’est probablement une tentative d’hameçonnage.»

Si vous recevez un courriel d’un collègue qui vous demande d’exécuter un programme quelconque…, il se pourrait que ce soit une tentative d’activer un logiciel de rançon sur votre ordinateur.»

Avant l’installation de tout programme, l’important est d’avoir ¨un doute sain¨ et ¨une pensée numérique sécuritaire¨», conclut Jean-Philippe Décarie-Mathieu.

Faire d’une pierre deux coups

Certaines applications ont la vertu de faire d’une pierre deux coups en renforçant à la fois l’anonymat et la sécurité. C’est le cas des bloqueurs de publicités:

D’une part, il y a des maliciels qui sont poussés par des annonceurs douteux, alors, oui, un bloqueur de publicités peut nous permettre de se protéger contre les virus. Mais, ce qu’un tel logiciel fait surtout, c’est de protéger la vie privée.»

Les bloqueurs d’annonces empêchent les sites Web de recueillir notre historique de navigation via les fameux «cookies», d’après Jean-Philippe Décarie-Mathieu. À ce chapitre, le consultant suggère de jeter un œil à des logiciels réputés comme uBlock Origin, Privacy Badger et Disconnect.

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste indépendant qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Mandats actuels: recherche d’emploi, vie au travail, TI, finances personnelles, tourisme, famille et vélo. Courriel: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page