Femmes de l’industrie: rencontre avec Josiane Stratis, co-fondatrice et rédactrice en chef de Ton petit look et TPLMoms Reviewed by Aurore Le Bourdon on . Ce mois-ci, Isarta Infos a rencontré Josiane Stratis, la rédactrice en chef et co-fondatrice des blogues Ton petit look et TPLMoms. Jeune maman aux journées bie Ce mois-ci, Isarta Infos a rencontré Josiane Stratis, la rédactrice en chef et co-fondatrice des blogues Ton petit look et TPLMoms. Jeune maman aux journées bie Rating: 0

Femmes de l’industrie: rencontre avec Josiane Stratis, co-fondatrice et rédactrice en chef de Ton petit look et TPLMoms

Ce mois-ci, Isarta Infos a rencontré Josiane Stratis, la rédactrice en chef et co-fondatrice des blogues Ton petit look et TPLMoms. Jeune maman aux journées bien remplies, elle nous parle de son parcours, d’authenticité et de l’importance de s’accepter telle que l’on est.  

j-stratis-tpl

Comment est né le blogue Ton petit look? 

Josiane Stratis: après avoir étudié en commercialisation de la mode au Cégep, j’ai fait un Bac en animation et recherche culturelle. Comme je m’intéressais déjà beaucoup à Internet, j’ai choisi de faire mon stage d’études dans une Web télé: BOMBE.tv. Ça m’a tellement plu que j’ai continué à travailler avec eux bénévolement, quelques temps. Et puis j’ai rencontré mon chum, qui travaillait alors pour LE précurseur de la Web télé au Québec, 33mag. C’était un peu l’ancêtre de YouTube [rires]! Ce sont eux qui m’ont proposé de lancer Ton petit look. Ce fut chose fait le 11 novembre 2010.

Les blogues mode n’étaient pas encore autant généralisés qu’aujourd’hui?

Josiane Stratis: effectivement et puis surtout, je n’y trouvais pas ce que je voulais. On en a parlé avec ma soeur jumelle Carolane et Marie Darsigny, et l’idée nous est venue de bâtir un blogue qui n’allait pas être complaisant, mais qui allait au contraire rentrer dans le tas, si on veut! On a toutes les trois étudié en mode, on s’y connaît, donc on voulait créer un site à la fois crédible et (très) sarcastique. À sa sortie, le blogue a vraiment explosé.

Cependant, au début, même si tout le monde s’accordait pour dire que notre blogue était cool, les entreprises hésitaient un peu à s’associer avec nous: notre côté un peu «wild child» rendait les gens du marketing et des PR un peu frileux. Mais notre cote de popularité et l’engagement de notre communauté ont été tellement forts dès le début que les compagnies ont rapidement compris qu’on était sérieuses!

TPL Moms est arrivé dans la foulée de ce succès? 

Josiane Stratis: lorsque TPL a eu deux ans, Carolane et moi sommes tombées enceintes en même temps. Encore une fois, on a été frappées de constater à quel point les sites dédiés aux mamans diffusaient des discours «beiges» et surtout culpabilisants: les contributeurs s’y positionnent en tant qu’experts, et on sent beaucoup de jugement. On a donc décidé de lancer TPL Moms en mars 2014: l’objectif était d’atteindre 35 000 visites le mois suivant le lancement du blogue. On les a eues en 2 jours [rires].

C’est donc que les lectrices recherchaient vraiment ce changement de ton dans les blogues! 

Josiane Stratis: nos blogues sont authentiques, on est vraiment comme ça dans la vie. Lorsqu’on a eu nos bébés, Carolane et moi, ça n’a pas été facile: toutes deux travailleurs autonomes, il nous a fallu reprendre la job très rapidement; nos chums travaillent aussi à leurs comptes et nos parents n’étaient pas vraiment disponibles pour nous aider. Adieu, le congé de maternité tranquille… Et la dernière chose dont on a besoin, dans ces moments-là, c’est de supporter les conseils et les avis de tout le monde. Jusqu’où va aller cette petite police de la maternité ?! [rires] Le but de TPL Moms, c’est de dire honnêtement: «OK, là, ma vie, c’est le chaos, et je vais vous raconter ces affaires-là sans tabou».

On parle de tout sur notre blogue, parce que selon nous, il n’y pas une seule façon de faire ou de penser. Du moment que tu ne fais pas de mal à ton enfant, c’est correct! Tu veux allaiter? C’est bien! Tu ne veux pas? C’est pareil! Tu veux faire du co-dodo parce que c’est la seule façon que tu as trouvé pour dormir: c’est correct!

Alors oui, ça fait réagir, parfois violemment, mais c’est justement parce que beaucoup de gens sont encore trop dans le jugement que l’on a eu envie de continuer dans ce sens, à savoir: ne pas avoir de filtre et mettre le doigt sur ce qui fâche. On parle de nos expériences à nous, on ne cherche à convaincre personne.

N’est-ce pas difficile de devoir répondre à toutes ces réactions, notamment les négatives? 

Josiane Stratis: le fait de répondre aux commentaires a largement contribué à créer le «personnage» TPL. Les sujets que l’on traite sur nos blogues sont controversés et sont propices aux réactions. Je pense notamment à la relation des filles avec la nourriture: on m’a déjà dit des choses blessantes suite à des photos de poutines, ou des clichés de moi en bikini!

Mais je réponds parce que je sais que l’important, en bout de ligne, c’est que je m’aime comme je suis et que j’accepte mon corps. Et puis mon chum m’aime aussi, et mon fils me trouve cool et a du fun avec moi: c’est ce qui fait que lorsque je me couche, chaque soir, je me sens bien. Alors que ceux qui essaient de me convaincre que mon corps n’est pas comme il faut, eux, doivent certainement vivre avec beaucoup de colère!

Le style TPL est donc direct et transparent, si je comprends bien.

Josiane Stratis: oui. On essaie d’inclure tout le monde dans nos publications, et pas seulement de voir le monde à travers nos yeux à nous. On est également très attentives au français, même si on utilise des mots franglais et quelques expressions colorées [rires]!

Et puis il y a les publications sponsorisées: là aussi, on s’attache à être les plus honnêtes et transparentes possibles. Ces publications sont clairement identifiées: il faut bien que l’on mange, mais c’est indispensable que nos lecteurs soient bien au courant lorsque l’on est rémunérées pour parler d’un produit ou d’un service. L’essentiel est surtout de ne jamais aller à l’encontre des valeurs de nos sites.

On comprend que la maternité est toute une aventure, comment conciliez-vous vie privée et vie professionnelle, justement?

Josiane Stratis: avec ma soeur jumelle, on se dit souvent que notre meilleur allié de conciliation travail-famille, c’est de s’avoir toutes les deux! On s’aide beaucoup. Et aussi, je n’ai jamais eu peur de dire aux gens qui m’invitent que si je viens, c’est avec mon fils. Et qu’il a trois ans et que je ne peux pas lui demander d’agir en adulte: au début ça crispait certaines personnes, maintenant tout le monde est content de le voir débarquer! J’ai aussi l’avantage d’avoir un travail qui se transpose partout et qui me permet d’être flexible.

 

Quels conseils donneriez-vous à une jeune femme qui souhaite se lancer dans l’entrepreneuriat tout en voulant avoir une famille? 

Josiane Stratis: premièrement, je lui dirais de bien se préparer. Si elle sait quel est son but, si c’est clair pour elle, alors il faut que ce soit clair pour tout le monde autour: ça aide à décoller plus rapidement.

Ensuite, ça a l’air plate mais si elle a décidé de rédiger trois articles par jour, il faut qu’elle les rédige coûte que coûte, même si son bébé est malade, même si elle a peu dormi. Je pense aussi qu’il ne faut pas se trouver d’excuses: oui, il y aura toujours des choses plus agréables et plus faciles à faire (que le ménage, par exemple!) mais c’est comme ça.

Je lui dirais aussi de ne rien lâcher, même si parfois elle aura l’impression de faire ça dans le vide.

Enfin, je conseille à toutes les mamans d’inclure leur enfant dans leurs activités et leurs sorties: plus on l’habitue jeune, plus il sera capable de sortir et d’être facile à vivre. Évidemment, on n’insiste pas en cas de grosse fatigue, mais même si la routine est très importante pour un enfant, sortir avec lui est une bonne chose.

Liens utiles: 

Ton petit lookTPL Moms et le Guide pour une vie d’adulte (genre) épanouie

A propos de l'auteur

Aurore Le Bourdon
Responsable des contenus

Responsable des contenus d'Isarta Infos, Aurore Le Bourdon a travaillé dans les services de Communication/Marketing de firmes internationales et en agences de publicité. Elle a aussi été journaliste pigiste pendant plusieurs années pour des mandats corporatifs ou pour la presse française. Elle est titulaire d'un baccalauréat en langues étrangères et de deux maîtrises: l'une en Marketing et Gestion des entreprises, l'autre en Communications Corporatives.

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page