Les Québécois demeurent optimistes envers l’économie et leur situation personnelle Reviewed by La Rédaction on . [caption id="attachment_61678" align="aligncenter" width="695"] Crédit Nicolae Rosu / Unsplash[/caption] 21 mars 2019 Dévoilé lors de la vingt-sixième éditi [caption id="attachment_61678" align="aligncenter" width="695"] Crédit Nicolae Rosu / Unsplash[/caption] 21 mars 2019 Dévoilé lors de la vingt-sixième éditi Rating: 0

Les Québécois demeurent optimistes envers l’économie et leur situation personnelle

Crédit Nicolae Rosu / Unsplash

21 mars 2019

Dévoilé lors de la vingt-sixième édition de Hop! Le Sommet du commerce de détail, dont Isarta était partenaire, l’indice de confiance mesuré par le Groupe Altus pour le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) s’établit à 103,3 pour l’hiver 2019. Cela signifie qu’il y a une majorité de Québécois qui sont optimistes envers l’économie du Québec et leur situation personnelle.

« Depuis l’automne 2017, l’indice de confiance s’établit au-dessus de 100, ce qui signifie qu’il y a, depuis cette période, plus d’optimistes que de pessimistes au Québec. C’est un signe très positif pour l’économie et, nécessairement, pour le commerce de détail. De plus, parmi les données dévoilées, il est possible de constater qu’une majorité de Québécois sont particulièrement confiants envers l’économie de la province. En effet, la majeure partie de ces derniers (38 %) croient que le Québec connaîtra une période de croissance dans les trois prochaines années », indique Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD.

Le Québec en bonne situation économique, selon les Québécois

À court ou long terme, les répondants du sondage croient que la situation économique du Québec demeurera positive. En effet, sur un horizon des douze prochains mois, 66 % répondent que la situation économique au Québec s’améliorera ou demeurera la même en 2019 (vs 62 % en 2018).

Sur un horizon des trois prochaines années, une majorité (38 %) estiment que le Québec connaîtra une période de croissance, une légère hausse par rapport à 2018 (35 %). De plus, seulement un Québécois sur cinq (21 %) entrevoit une période de chômage ou de récession.

Peu de changement dans leur situation financière

Dans le passé comme dans le futur, les Québécois observent peu de changement dans leur situation économique. À savoir si leur situation financière s’était améliorée, demeurée la même ou détériorée dans les douze derniers mois, une majorité (62 %) ont observé une situation semblable.

Autant 19% ont répondu, respectivement, qu’elle s’était améliorée plutôt que détériorée. Au cours des douze prochains mois, 61 % affirment également qu’elle demeurera la même. Toutefois, ils sont plus positifs envers l’avenir, alors que plus de répondants (22 % vs 12 %) affirment qu’elle s’améliorera, plutôt que de se détériorer.

Malgré ce vent d’optimisme, près de six Québécois sur dix (58 %) pensent que les revenus de leur ménage augmenteront moins rapidement que les prix en général, une proportion similaire à 2018.

Augmentation des intentions des achats importants

Quatre Québécois sur dix (41 %) estiment qu’il est actuellement intéressant d’effectuer des achats importants. Parmi les intentions d’achat, le quart des répondants prévoient faire l’achat d’une maison, d’une auto, d’électroménagers, de meubles ou d’appareils électroniques comme un ordinateur; cela représente une hausse de 1 % par rapport à 2018.

Par ailleurs, 10 % envisagent de se procurer une voiture ou une moto, 6 % feront l’achat d’électroménagers, 6 % achèteront des meubles, 4 % feront l’achat de matériel informatique, 3 % choisiront une nouvelle maison et le même pourcentage effectueront de la rénovation.

En termes d’achats d’autres produits et services, les Québécois ne prévoient pas augmenter leurs dépenses, hormis pour les biens mode et les articles de quincaillerie ou de rénovation.

Les cartes de crédit à paiement rapide de plus en plus populaires

De plus en plus de Québécois (91 % en 2019 vs 79 % en 2018) ont une carte de crédit à paiement rapide. Par ailleurs, 59 % d’entre eux considèrent qu’il s’agit d’une méthode sécuritaire de paiement.

Une majorité de répondants ont affirmé avoir un téléphone intelligent (69 %). Près la moitié (48 %) effectuent des achats en ligne avec leur cellulaire. Celui-ci semble être davantage utile en magasin, alors que 60 % s’en servent très souvent, souvent ou à l’occasion pour effectuer de la comparaison de prix ou de produits lorsqu’ils sont dans les boutiques.

Le tiers des répondants ont affirmé qu’ils possèdent un téléphone intelligent leur permettant d’effectuer des paiements rapides par carte de crédit. Un peu plus d’un Québécois sur deux (56 %) utilise les nouvelles méthodes de paiement rapide par carte de crédit avec carte à puce ou un téléphone intelligent, une augmentation de 2 % par rapport à l’année 2018.

Ces autres articles pourraient aussi vous intéresser :

Comment Décathlon améliore sa relation client avec l’intelligence artificielle conversationnelle ?

« La pénurie de main d’oeuvre est devenu l’enjeu numéro 1 pour le commerce de détail »

Spectaculaire augmentation de l’usage des médias sociaux chez les Québécois selon le CEFRIO

A propos de l'auteur

La Rédaction
Pour contacter la rédaction : redaction@isarta.com

Envoyez-nous vos communiqués de presse ou faites-nous part de votre actualité (nomination, nouveaux comptes, campagne publicitaire...), par courriel à redaction@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page