Ces boutiques en ligne dont il faut se méfier Reviewed by François Nadeau on . Au début du mois d'août, Donald Trump publiait sur Twitter le court message suivant: Thank you Nicole! Intrigués, plusieurs journalistes ont aussitôt tenté de s Au début du mois d'août, Donald Trump publiait sur Twitter le court message suivant: Thank you Nicole! Intrigués, plusieurs journalistes ont aussitôt tenté de s Rating: 0

Ces boutiques en ligne dont il faut se méfier

Au début du mois d’août, Donald Trump publiait sur Twitter le court message suivant: Thank you Nicole! Intrigués, plusieurs journalistes ont aussitôt tenté de savoir qui était cette femme que le président des États-Unis remerciait personnellement via son compte.

27 octobre 2017

Rapidement, des doutes ont émané quant à l’authenticité de celle qui se décrivait comme une entrepreneure noire et conservatrice.

Dans cette ère de fausse information, il n’en faut pas beaucoup pour devenir suspicieux.

On a d’abord cru que Trump avait remercié un de ces bot qui sont si nombreux sur Twitter. Cette hypothèse a ensuite été écartée.

On a ensuite découvert que Nicole Mincey, de son nom complet, était le visage derrière le compte Protrump45. Un visage emprunté, car la photo de la soi-disant Nicole provenait d’un site d’achat d’images où plusieurs photographies avaient été utilisées dans le passé pour bâtir de faux comptes.

Même si l’histoire contient encore aujourd’hui une part d’ombre, la piste la plus plausible est que Nicole Mincey est réellement une partisane de Donald Trump. Toutefois, elle se serait plus tard associée aux gens du groupe Protrump45, qui auraient selon elle «emprunté» son identité afin de promouvoir leur boutique en ligne. L’objectif de celle-ci serait de tirer profit de la vente d’articles liés au 45président des États-Unis, en utilisant comme «porte-parole» l’identité à moitié réelle et à moitié fictive d’une jeune partisane de Trump.

Semer la confusion et la discorde

Le cas de Nicole et de Protrump45 est loin d’être unique. Plus récemment, au début du mois d’octobre, CNN rapportait l’histoire de la boutique en ligne Blacktivist. À première vue, celle-ci serait liée au groupe Black Lives Matter. C’est du moins ce que laissent croire son concept et les produits qu’elle propose. La réalité est tout autre. Les comptes Facebook et Twitter de Blacktivist n’auraient rien à voir avec le groupe avec lequel ils prétendent être liés. Ils seraient plutôt rattachés à une organisation proche de la Russie. Son objectif, en créant cette fausse boutique en ligne, ne serait pas le profit, mais plutôt de contribuer à la discorde au sein du peuple américain.

En plus des fausses nouvelles, on a maintenant à composer avec de fausses boutiques en ligne. Et si les médias sociaux rendent facile la propagation de fausses informations, les solutions offertes pour le commerce électronique rendent quant à elle aisée la création de boutiques en ligne frauduleuses. Dans le cas de Blacktivist, la marchandise était offerte via le site Represent, qui permet en quelques minutes de créer des vêtements personnalisés, qu’on peut ensuite vendre et expédier de façon simple via les services de la plateforme. Pour ce qui est de Protrump45, le site avait été conçu sur la plateforme Wix, qui permet aux internautes sans aucune connaissance en programmation de créer gratuitement et facilement des sites Internet.

A propos de l'auteur

François Nadeau
Analyste marketing

Diplômé du MBA en marketing de l'Université Laval, je travaille présentement en tant qu'analyste marketing. Je me passionne pour tout ce qui touche les nouvelles technologies et les nouveaux médias. Courriel: fnadeau@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page