Home
Métier et profession – Le marketing de cause a un nom: Richard Leclerc Reviewed by Olivier Lefebvre on . Concepteur et réalisateur publicitaire, Richard Leclerc possède assez de chapeaux pour en porter un différent chaque jour de la semaine. Sensible à sa communaut Concepteur et réalisateur publicitaire, Richard Leclerc possède assez de chapeaux pour en porter un différent chaque jour de la semaine. Sensible à sa communaut Rating: 0

Métier et profession – Le marketing de cause a un nom: Richard Leclerc

GroupeCayenne2010Concepteur et réalisateur publicitaire, Richard Leclerc possède assez de chapeaux pour en porter un différent chaque jour de la semaine. Sensible à sa communauté et aux causes sociales, il continue de laisser sa marque au Québec mais aussi à linternational. Cest d’ailleurs grâce à son parcours riche et éclaté quil est aujourdhui président du Musée des communications et d’histoire de Sutton, professeur associé à lUniversité Senghor d’Alexandrie, en Egypte, chargé de cours à lUniversité de Montréal, concepteur-réalisateur chez Commando Création et conférencier-concepteur-réalisateur autonome chez Publici-Terre. Retraçons son parcours à la fois teinté de passion et de sincérité…

Installé dans sa cour arrière de Sutton, Richard Leclerc transpire le bien-être. Au premier regard, on se bute à un homme dune cinquantaine dannées à la chemise ample et aux cheveux mi-longs, ébouriffés. Il est accueillant, simple et surtout en parfait contrôle de ses moyens. En moins de deux, on se laisse bercer par un ton de voix ricaneur et une habileté manifeste à raconter des histoires

À 18 ans, il sinitie à lunivers des communications en collaborant au magazine du Centre de loisirs de Brossard. Cet emploi à temps partiel contribuera à payer ses études universitaires. D’abord en communications et design de lenvironnement à lUniversité du Québec à Montréal; une maîtrise, ensuite, en communication à lUniversité de Montréal. 

La conquête professionnelle 

Diplômes en poche, le jeune publicitaire peine à se faire embaucher. Son esprit dentrepreneur le motive à créer sa propre agence quil baptise Créatividée, en 1980. Deux ans plus tard, il déménage dans le Vieux-Montréal où il rencontre les associés du Groupe Everest. Une rencontre importante puisquen 1984, le Groupe Everest achète son entreprise et en devient le vice-président.

Jusqu’à ce moment, il ne baigne que dans le commercial mais entretient tout de même un intérêt pour les causes, surtout politiques. Il élabore d’ailleurs, avec le journaliste Jean-Pierre Charbonneau alors député du Parti québécois,  la campagne publicitaire pour le référendum de 1980 sur la souveraineté du Québec dans 32 circonscriptions de la Rive-Sud de Montréal. « Jai toujours été sensible à toute forme de publicité non commerciale », confie-t-il, ajoutant que tout ce qui encourage la surconsommation la toujours agacé.

À la rencontre du showbiz québécois

Sa première incursion dans le monde «sociétal» a lieu en 1985 alors que le musicien Jean Robitaille, avec qui il avait travaillé à plusieurs reprises, compose la musique pour la chanson Les yeux de la faim. Cette oeuvre, inspirée de chansons semblables composées sur le même thème: We Are The World aux États-Unis et surtout Do they Know it’s Christmas Time en Angleterre, avait été écrite par le journaliste Gil Courtemanche pour dénoncer la famine en Éthiopie. Jean Robitaille lui propose alors de créer la pochette dalbum, un défi quil relève avec brio!

amnistie_50ansSon attachement à Amnistie Internationale, qui se perpétue encore aujourdhui, se consolide en 1986. Une amie lui propose alors de participer à un concours afin de créer un visuel pour les 25 ans de lorganisme. Laffiche quil crée est retenue parmi 25 participants. Sur celle-ci, on remarque lombre dun prisonnier et il est écrit «Aidez-les à sortir de lombre». La calligraphie utilisée est non sans rappeler un pilier de la culture populaire… « On sest inspiré du célèbre album The Wall de Pink Floyd, se remémore-t-il. La publicité est finalement un portrait de la société de cette époque. »

Trois ans plus tard, alors quil assiste au Festival international du film publicitaire à Cannes, Richard est séduit par les publicités à portée humanitaire. «Je suis sorti de la salle sous une pluie abondante, se rappelle-t-il, pour aller me réfugier sous un parasol. C’est alors que je me suis donné le défi d’écrire un message pour Amnistie Internationale».

Respectant son mot dordre, la simplicité, il dessine le croquis dun crayon qui flotte dans lespace et qui sarme de clés pour déverrouiller la porte dune cellule carcérale. À son retour à Montréal, il contacte lorganisme et lui propose son idée. «Depuis, jai gracieusement tourné près de 15 messages pour cet organisme qui vient en aide aux prisonniers politiques dans le monde, précise-t-il. Cest un devoir, pour une agence de publicité, de sassocier à au moins une cause»

Du bénévolat payant!

Richard_Leclerc1Son investissement chez Amnistie rapporte gros puisque quelques mois plus tard, le Groupe Everest est appelé à faire une présentation au gouvernement fédéral dans le cadre dune campagne publicitaire pour contrer le décrochage scolaire. «Je leur ai mentionné mon travail auprès d’Amnistie, et cest grâce à cette campagne bénévole que jai décroché le contrat, mentionne-t-il. Cest aussi à partir de ce moment-là que mes associés ont cessé de me dire que je ne devais pas m’associer à des causes.»

En 1992, il poursuit sa carrière chez Publicité Martin. où sont notamment produits des publicités pour la Société dassurance automobile du Québec (SAAQ) et le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Il préside du même coup le Publicité club en tant que bénévole. «Le Groupe Everest naimait pas ça, confie-t-il. Je nai par contre jamais regretté. Le système de bénévolat ma facilité la vie. Cest simple pour moi de faire des campagnes bénévoles car je suis reconnu pour être un bénévole et que finalement, tout le monde en tire un certain profit».

Dans le but de faire du marketing social à son compte, il crée le réseau Publici-Terre avec six autres concepteurs de la francophonie dispersée à travers le mondeLe décalage et les moyens techniques moins développés à l’époque rendaient la collaboration difficile entre eux. Finalement, Richard Leclerc reste le seul membre actif de cette aventure particulière.

En 2003, une autre avenue se révèle à lui. Sylvain Desrochers, directeur du certificat en publicité à lUniversité de Montréal, lui demande de créer le cours Publicités sociétales et humanitaires. Depuis, et ce à chaque année, de vrais clients viennent dans ses cours pour faire de réelles commandes et bénéficier de campagnes sans frais. «Je souhaite faire comprendre à mes étudiants limportance de donner davantage, que ça peut leur apporter beaucoup en retour», partage Richard Leclerc. 

Une demande à linternational

PubliciTerreBandeauanniversaire2014Des avantages qui peuvent également se traduire par des voyages outremer. En 2005, il se fait inviter par lUniversité Senghor d’Alexandrie pour dispenser son cours en format intensif. Le bouche-à-oreille est tellement efficace qu’il se retrouve bientôt au Burkina Faso, au Mali, en Tunisie et en Côte dIvoire. En tout, lannée dernière, il a donné sa formation cinq fois à lextérieur du pays. «Je commence à être invité par danciens étudiants dAlexandrie qui sont revenus dans leur pays après avoir complété leur maîtrise», s’étonne-t-il avec joie et un brin de fierté dans la voix.

Aujourdhui, Richard Leclerc considère son travail comme une vocation. «Ce nest pas très payant, alors jai eu à faire des choix. Malgré tout, cest un travail très gratifiant. Et quand je me couche le soir, je suis heureux. Jai 59 ans et je nai été impliqué dans aucun scandale. Je nai pas fait la Commission Gomery, ni la Commission Charbonneau», sexclame-t-il en se rappelant que sa vie professionnelle na été quune suite logique fidèle à ses ambitions.

A propos de l'auteur

Olivier Lefebvre
Journaliste

Olivier Lefebvre est journaliste-recherchiste chez Isarta Infos. Il est finissant au baccalauréat en journalisme à l’Université du Québec à Montréal. Durant son parcours, il a collaboré et produit plusieurs émissions de radio. Notamment à CISM 89,3 FM avec une émission sur les médias alternatifs et une émission du matin (Presse-toi; Le Percolateur), ainsi qu’à CHOQ.CA avec la case culturelle Sans thème ni cactus et la réalisation du Bulletin Infos CHOQ.

Commentaires (1)

  • Tatiana

    What’s up friends, how is all, and what you would like to say on the topic
    of this paragraph, in my view its in fact amazinng in support of me.

    my web page search engine optimizing – Tatiana

    Répondre

Laisser un commentaire

X
Retour en haut de la page