Ils vendent des produits inattendus sur Internet: l’exemple de Désirables Reviewed by Aurore Le Bourdon on . Isarta Infos s'intéresse aux entrepreneurs d'ici qui ont décidé de se lancer dans le commerce en ligne avec des produits relativement inattendus... Et pour qui Isarta Infos s'intéresse aux entrepreneurs d'ici qui ont décidé de se lancer dans le commerce en ligne avec des produits relativement inattendus... Et pour qui Rating: 0

Ils vendent des produits inattendus sur Internet: l’exemple de Désirables

Isarta Infos s’intéresse aux entrepreneurs d’ici qui ont décidé de se lancer dans le commerce en ligne avec des produits relativement inattendus… Et pour qui le succès est au rendez-vous!

desirables

Nous rencontrons aujourd’hui Isabelle Deslauriers, à la tête de Désirables, une entreprise de design spécialisée dans la création et la mise en marché d’accessoires d’intimité.

Des jouets érotiques, donc, mais pas n’importe lesquels: fabriqués en porcelaine du Québec et distribués en ligne, les produits Désirables sont de qualité supérieure, bien loin du «sextoy» vulgaire au design douteux.

Le premier jouet érotique que j’ai eu entre les mains était en plastique cheap et collant, il sentait le char neuf, c’était tout simplement horrible. Ça m’a interpellée: pourquoi personne ne cherchait à relever le niveau de qualité des produits dans ce domaine? Étudiante en design industriel, j’ai décidé d’en faire mon projet de fin d’études: j’ai dû convaincre quelques professeurs hésitants, mais globalement, tout le monde, y compris mes parents, a trouvé que c’était une excellente idée», explique Isabelle.

i-deslauriersFille d’entrepreneur, Isabelle se lance donc dans l’aventure avec une idée claire en tête: apporter une éthique dans une industrie qui en manque cruellement.

Au fur et à mesure de son projet, elle réalise notamment que les fabricants de jouets sont peu regardants sur les matières utilisées: la fameuse odeur de char neuf vient des phtalates, un additif plastique nocif pour la santé, car destructeur endocrinien.

Isabelle prend donc le pari de miser sur la porcelaine pour concevoir ses produits: une matière de qualité, qui ne se dégrade pas et qui est produite au Québec.

Et en plus, elle n’est fragile qu’en cas de choc: nos produits sont pleins, donc très résistants», précise Isabelle.

Après l’obtention de son diplôme en design industriel, elle peaufine son profil «business» au HEC Montréal, où elle se distingue et reçoit deux bourses, dont l’une pour le meilleur plan d’affaires. Un financement qui lui permet de lancer son site, en août 2013.

Outre la qualité irréprochable de ses produits, Désirables propose une approche nouvelle de la vente d’accessoires d’intimité. L’accent est mis sur l’expérience, et non sur la performance des produits. Isabelle, qui s’est bien informée afin de mener à bien son projet (en sexologie mais aussi en neurobiologie ou encore en yoga tantrique), accorde beaucoup d’importance à la communication: elle rédige donc des livrets explicatifs qui accompagnent les achats, elle tient un blogue, délivre des conseils, etc. Soucieuse des détails, Isabelle prend également le temps de confectionner de jolis colis, sobres et de bon goût.

Mes clients sont des gens qui ne sont pas à l’aise avec les boutiques spécialisées. Ils apprécient de recevoir un paquet discret par la Poste, après avoir magasiné en toute tranquillité», indique-t-elle.

Si Isabelle ne ménage pas ses efforts pour rendre l’expérience client exceptionnelle, c’est parce que pour elle, le bouche à oreille est crucial. Et pour cause: faire de la publicité classique sur Facebook ou Google Adwords quand on vend des «sextoys», ce n’est pas facile – c’est même généralement impossible, et tant pis si les produits sont excellents.

Il y a malheureusement un petit drapeau rouge associé au nom de mon site, qui fait que Facebook et Google bloquent mes liens. Alors pour me faire connaître, je mise sur les articles et entrevues dans des blogues. Ça me permet d’expliquer mon concept et ce qui le différencie de la concurrence. Je suis aussi présente dans des événements et des salons, comme le Souk à la SAT (Société des Arts Technologiques)», explique Isabelle.

Une présence physique que notre entrepreneure ne néglige pas, car si certains accessoires sont des meilleurs vendeurs en ligne, d’autres produits Désirables méritent d’être testés «pour vrai»:

On propose notamment une huile de massage, fabriquée à Bromont, qui a une texture et une odeur formidables. Même si tous ses attributs sont décrits sur le site, c’est clair qu’il faut l’essayer pour l’adopter, surtout qu’elle coûte plus cher qu’une huile basique vendue en pharmacie. Pour booster les ventes de ce type de produits qui fait appel aux sens, je glisse des échantillons dans les colis de mes clients: ils essaient, ils aiment et peuvent ensuite acheter en ligne en toute confiance», affirme Isabelle.

La jeune chef d’entreprise prévoit d’ailleurs, à l’avenir, d’accroître sa présence dans des salles de montre afin de conquérir davantage de clients: salons, boutiques de lingerie haut de gamme, «loveshops»… Un présentoir des produits Désirables est également à la disposition des clients, au bureau montréalais de l’entreprise.

Et parce que les produits d’Isabelle Deslauriers sont sains et intelligemment conçus, ils ont tapé dans l’oeil des professionnels de la santé: elle travaille donc à l’ouverture d’une structure plus médicalisée avec des physiothérapeutes. Un nettoyant bio pour accessoires ou encore des barres de massage «vegan» sont également sur la liste des nouveautés à venir.

Ce n’est pas toujours facile de faire changer les mentalités concernant cette industrie, mais à force d’essais-erreurs, j’arrive à faire connaître mon concept, qui séduit même une clientèle en dehors du Québec et du Canada», conclut Isabelle Deslauriers.

A propos de l'auteur

Aurore Le Bourdon
Responsable des contenus

Responsable des contenus d'Isarta Infos, Aurore Le Bourdon a travaillé dans les services de Communication/Marketing de firmes internationales et en agences de publicité. Elle a aussi été journaliste pigiste pendant plusieurs années pour des mandats corporatifs ou pour la presse française. Elle est titulaire d'un baccalauréat en langues étrangères et de deux maîtrises: l'une en Marketing et Gestion des entreprises, l'autre en Communications Corporatives.

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page