La montée du marketing d’influence dans les médias sociaux Reviewed by Raymond Morin on . Au cours des dernières années, le marketing d’influence dans les médias sociaux a évolué très rapidement. Aujourd’hui, avec les bloqueurs de publicités (Ad Bloc Au cours des dernières années, le marketing d’influence dans les médias sociaux a évolué très rapidement. Aujourd’hui, avec les bloqueurs de publicités (Ad Bloc Rating: 0

La montée du marketing d’influence dans les médias sociaux

Au cours des dernières années, le marketing d’influence dans les médias sociaux a évolué très rapidement.

com-marketing

Aujourd’hui, avec les bloqueurs de publicités (Ad Blocker), les marques n’ont guère d’autre choix que de développer des relations avec les influenceurs, pour rejoindre à nouveau leur clientèle.

Le pouvoir d’influence des utilisateurs – consommateurs

Si les entreprises et les organisations adoptent aussi massivement l’approche du marketing d’influenceurs, c’est qu’elles ont finalement compris qu’elles devaient regagner la confiance des consommateurs, qui n’a cessée de se dégrader avec l’avènement des réseaux sociaux.

Aujourd’hui, près 90% des utilisateurs se fient d’abord aux recommandations de leurs proches ou des influenceurs de leur communauté, tandis que les publicités traditionnelles n’ont pratiquement plus aucun impact.

Déjà en 2004, le pouvoir d’influence des consommateurs connectés (la Génération C) se manifestait, et des blogueurs comme Heather Armstrong (@Dooce), ou comme le musicien canadien Dave Carroll (@DaveCarroll) émergeaient, faisant plier des grandes marques comme Maytag ou la United Airlines grâce à la portée de leur réseau.

Aujourd’hui, plus que jamais, les influenceurs des réseaux sociaux se révèlent les nouvelles célébrités du marketing.

augure5

Les organisations regagnent tranquillement la confiance des consommateurs

En 2016, on observe cependant une hausse de la confiance des consommateurs envers les entreprises et les organisations, qui peut s’expliquer par une plus grande implication de tous les membres du personnel, en commençant par les cadres et les dirigeants.

Selon le Baromètre de confiance des consommateurs 2016, publié récemment par Edelman, le taux de confiance de la population envers les entreprises et les organisations, qui stagnait sous la barre des 50 points depuis 2012, remonte tranquillement.

augure4

Parce qu’ils sont de mieux en mieux informés, les consommateurs connectés s’avèrent être désormais de véritables «consomm’acteurs», qui exigent de prendre part au processus d’achat. Ils s’attendent donc à obtenir satisfaction, mais aussi des réponses de la part des personnes responsables, capables et aptes à prendre les actions qui s’imposent sur le champ. 

Selon l’étude d’Edelman, huit répondants sur dix soutiennent que les dirigeants doivent s’impliquer dans les relations sociales, et plus de 60% déclarent avoir désormais une plus grande confiance dans les entreprises pour assurer les changements à l’ère numérique.

En 2016, c’est la crédibilité des dirigeants qui a connu la plus forte hausse de confiance, avec une augmentation de 8 points:

augure3

Selon l’étude d’Edelman, si le taux de confiance des consommateurs augmente ainsi, c’est parce que:

  • les marques génèrent une croissance économique profitable pour tous (59% des répondants),
  • qu’elles contribuent à la qualité de vie de leur communauté (45%),
  • et qu’elles permettent à chacun de s’accomplir et de devenir des citoyens productifs pour la société (40%).

Une nouvelle approche du marketing qui s’apprivoise

Comme le démontre l’étude du groupe Augure, États et pratiques des relations influenceurs 2015, les entreprises et les organisations ont apprivoisé les différentes facettes du marketing d’influence, et y trouvent dorénavant de nombreux avantages qui ne se limitent plus uniquement au retour sur l’investissement (ROI).

93% des répondants affirment que leur stratégie de marketing d’influence leur a permis d’obtenir plus de visibilité et d’acquérir une plus grande notoriété, 76% de fidéliser leur clientèle et 27% de créer de nouvelles opportunités d’affaires.

augure1

Pour regagner la confiance des utilisateurs – consommateurs et répondre à leurs attentes, les entreprises et les organisations intègrent donc davantage les influenceurs et les ambassadeurs dans la création et la promotion des contenus pour le Web et les médias sociaux.

Selon les recherches de la firme Augure, 67% des répondants affirme que les plus grands bénéfices qu’ils retirent de leur relation avec les influenceurs se trouvent dans la promotion des contenus, ou la co-création de contenus (59%).

On observe également une montée des interventions d’influenceurs pour des lancements de produits (59%) ainsi que pour des participations à différents événements corporatifs (45%).

Aujourd’hui, le marketing d’influence dans les médias sociaux s’avère le principal canal de diffusion et de communication avec les clientèles.

Les relations avec les influenceurs à l’ère des médias sociaux

Aujourd’hui, le marketing avec les influenceurs des médias sociaux ne relève plus uniquement des relations publiques, et doit impliquer désormais l’ensemble du personnel, des cadres et dirigeants aux équipes et aux collaborateurs, comme le démontre aussi l’étude d’Augure:

augure2

Au fil des années, avec la multiplication des plateformes et l’accessibilité aux outils de création et de publication de contenus, le marketing d’influence s’est beaucoup complexifié, et implique plusieurs niveaux de compétences.

La notion d’influence dans les médias sociaux relève désormais d’une nouvelle approche du marketing mieux intégrée: une nouvelle approche de marketing entrant, qui reposera à la fois sur la science et l’analyse des données, ainsi que l’art de la persuasion et de la communication.

Même si la responsabilité des relations avec les influenceurs relève en premier lieu des relations publiques, tous les autres niveaux s’impliquent désormais davantage dans les stratégies de marketing d’influence.

Les entreprises, les organisations ainsi que tous les professionnels sur le Web et les médias sociaux doivent donc prendre en considération chacun de ces aspects, et favoriser la collaboration des différentes équipes dans l’atteinte des objectifs.

Chacun doit participer à la présence stratégique de l’organisation sur les réseaux sociaux. Si les consommateurs ont regagné peu à peu confiance, c’est justement parce qu’ils ont constaté une plus grande implication des entreprises et des organisations sur les médias sociaux.

En soi, pour elles, c’est une très bonne nouvelle qui devrait les encourager à poursuivre dans cette veine: c’est un pas de plus vers la transformation sociale.


Les prochaines formations Isarta en lien avec ce sujet:

Comment établir une stratégie de marketing de contenu efficace

Les secrets du marketing d’influenceurs des médias sociaux en 5 étapes

Comment bâtir un plan de communication efficace?

Publicités sur Facebook : diffuser votre message aux bonnes personnes

Lire aussi sur le sujet: 

http://www.emarketer.com/Article/Influencer-Marketing-Rapidly-Gaining-Popularity-Among-Brand-Marketers/1013563

http://www.christopherspenn.com/2016/02/why-marketers-should-care-so-much-about-influencers/

http://www.adweek.com/socialtimes/move-over-kardashians-why-average-joes-are-more-influential-than-celebrities-on-social-media/633265

http://thenextweb.com/insider/2016/02/13/5-strategies-for-any-average-joe-to-replace-celebrities-on-social-media/

A propos de l'auteur

Raymond Morin
Consultant senior Stratégies Web/médias sociaux

Raymond Morin est un analyste du Web et des médias sociaux, spécialisé dans le marketing d’influence et l’impact des nouvelles générations dans la transformation sociale et numérique des entreprises. Auteur et blogueur reconnu, il a aussi participé à plusieurs magazines spécialisés, et publié trois ouvrages, en plus de collaborer à deux autres livres à titre de co-auteur. Depuis 2010, il présente aussi régulièrement des conférences, et anime des formations en entreprise. En 2016, ses ouvrages seront traduits, et il présentera des conférences ¨keynote¨ en anglais. Au cours des vingt-cinq premières années du Web et des médias sociaux, la fracture numérique entre les générations c’est estompé. Aujourd’hui, plus de 65% des baby-boomers utilisent régulièrement les nouvelles technologies et fréquentent les plateformes sociales. Presqu’autant que les plus vieux de la génération X qui deviennent les nouveaux patrons. L’adoption des nouvelles technologies du Web et des médias sociaux par les différentes générations n’est plus un frein à la transformation sociale.

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

X
Retour en haut de la page