L’authenticité paie en communication! Reviewed by Mireille Levesque on . Isarta Infos a choisi, pour vous, des textes parmi les plus populaires de 2016. Pour voir l'intégralité de la sélection, cliquez ici. [divide style="2"] Le Glob Isarta Infos a choisi, pour vous, des textes parmi les plus populaires de 2016. Pour voir l'intégralité de la sélection, cliquez ici. [divide style="2"] Le Glob Rating: 0

L’authenticité paie en communication!

Isarta Infos a choisi, pour vous, des textes parmi les plus populaires de 2016. Pour voir l’intégralité de la sélection, cliquez ici.

Le Global PR Summit, qui se tenait au Sofitel les 1er et 2 décembre 2016, a attiré l’élite des experts en relations publiques à Montréal. Dans le cadre de l’événement international organisé par P World, Monsieur Patrick Jephson, ancien chef de cabinet de la princesse Diana, a conquis l’auditoire avec sa conférence Forgivability: Why You Need It – How to Get It.  

patrick_jephson

 

4 décembre 2016 – Monsieur Patrick Jephson a livré un message simple mais efficace lors de son passage au Global PR Summit le 1er décembre dernier: montrez-vous sincère, et vous réussirez! Voilà ce que lui a appris son travail aux côtés de la populaire Lady Di. Aimée des Britanniques et chouchou du monde entier, la grande dame s’attirait naturellement la sympathie du public. Pourquoi? Elle demeurait elle-même en toute situation.

La vérité

Diana restait toujours charitable, s’impliquait dans des causes, elle souriait sans cesse. Donc, quand la presse potinait sur elle, et qu’elle se retrouvait dans l’embarras, la population se rangeait de son côté.

Pourquoi suggérer tant de transparence à des responsables des relations publiques ou des dirigeants de compagnies? Parce que, selon l’homme d’expérience, si vous vous montrez honnête en tout temps et que, pour une fois, ça va mal, les gens vous croiront. Puis, ils vous pardonneront, parce qu’ils vous aimeront.

Les médias détestent les erreurs, affirmait le conférencier. Pour eux, un seul faux pas s’avère terrible. Toutefois, vous devez croire que vous pouvez parler de tout. Les gens oublient ce que vous dites, poursuivait-il, mais pas ce que vous faites. Ils n’oublieront pas non plus ce que vous projetez à travers vos émotions. Le non verbal réussi à transmettre aux individus ce qu’ils ne comprennent pas avec des mots. D’où l’importance de l’authenticité.

L’empathie

Les phrases de regret exprimées en public risquent d’engendrer des dommages collatéraux si l’on semble froid ou distant.

Lorsqu’on doit prendre la parole en situation de crise, lorsque des individus vivent des drames humains, il ne faut pas seulement dire aux médias «je suis désolé» et s’en laver les mains, avant d’aller sourire aux caméras, il faut vraiment ressentir qu’on est désolé», précisait l’orateur.

Prononcer ces quelques mots reste facile, selon Monsieur Jephson, les offrir sincèrement, beaucoup moins. Un aussi petit détail que l’intonation de la voix en disant «je suis désolé», risque, dans certaines circonstances, de contribuer au succès ou à la dégringolade d’une personnalité.

Le mot d’ordre pour les orateurs: clarté. Il y a plusieurs façons de se monter navré, mais les gens à qui vous vous adressez, doivent percevoir en vous le bon ami avec qui boire un verre de vin pour se confier. Et ce, même si vous parlez à la masse.

La meilleure façon de parvenir à faire bonne figure consisterait, d’après le conférencier, à s’exercer dans la vie de tous les jours.

Soyez sympathique avec tout le monde, compatissant. Ensuite, quand ce sera requis, ce sera inné», disait-il.

Le travail

Certaines personnes naturellement «pardonnables» s’avéreraient nées pour attirer la sympathie. D’autres, non. Celles-là doivent travailler. Les responsables des relations publiques gagneraient toujours à se demander «est-ce que mon langage est vrai ou dicté par l’industrie?». Ils devraient aussi vérifier ce qu’on raconte sur eux dans les médias, et à quoi ils ressemblent sur la couverture des magazines.

Un autre conseil de l’ancien chef de cabinet de la princesse Diana: avouer ses erreurs. D’autant plus si des gens se trouvent en danger par votre faute ou si l’histoire catastrophique risque de sortir plus tard dans les journaux.

Bref, Patrick Jephson conseille aux responsables des relations publiques de s’évertuer à devenir et à rester de bonnes personnes. Voilà un concept rafraîchissant et réconfortant en cette ère où «paraître» semble souvent plus important qu’«être».

Pour en apprendre davantage sur la communication et les relations publiques, voyez nos formations:

Comment bâtir un plan de communication efficace

Les grands principes de la relation de presse

 

A propos de l'auteur

Mireille Levesque
Responsable des contenus d'Isarta Infos

Mireille Lévesque a étudié en rédaction à l'Université de Montréal. Elle a d'abord été journaliste pigiste, puis a oeuvré dans le domaine de l'édition pendant de nombreuses années. Grâce à son rôle de responsable des contenus d'Isarta Infos, elle renoue aujourd'hui avec sa plus grande passion: l'écriture.

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page