Snapchat: populaire mais en dégringolade Reviewed by François Nadeau on . Entre 2013 et 2016, Snapchat a presque triplé son nombre d’utilisateurs. L’an dernier, l’application a dépassé le cap des 300 millions d’usagers actifs par mois Entre 2013 et 2016, Snapchat a presque triplé son nombre d’utilisateurs. L’an dernier, l’application a dépassé le cap des 300 millions d’usagers actifs par mois Rating: 0

Snapchat: populaire mais en dégringolade

Entre 2013 et 2016, Snapchat a presque triplé son nombre d’utilisateurs. L’an dernier, l’application a dépassé le cap des 300 millions d’usagers actifs par mois.

12 février 2017

Qu’à cela ne tienne, d’un trimestre à l’autre, l’entreprise Snap, qui opère Snapchat, continue d’accumuler les pertes.

Au dernier trimestre de 2016, elle a annoncé des revenus inégalés jusque-là, (166 millions de dollars américains), mais aussi une perte nette record (170 millions de dollars américains).

En 2016, Snap aura perdu 515 millions de dollars, soit beaucoup plus que la perte de 373 millions de dollars enregistrée en 2015.

Malgré son succès populaire, quels facteurs font que Snapchat n’est pas rentable? De plus, comment une application peut-elle générer des dépenses si élevées? Voici quelques réponses à ces questions.

L’innovation et la croissance au premier plan

Il n’est pas inhabituel pour une entreprise techno d’accumuler des pertes sur de longs horizons. Un des exemples les plus connus est celui d’Amazon et de son PDG, Jeff Bezos, qui ont toujours privilégié l’innovation et la croissance avant les profits.

En 2016, Snap a investi 183,6 millions de dollars en recherche en développement, soit 100 millions de plus qu’en 2015, notamment dans le but de développer de nouvelles fonctionnalités pour l’application.

Des frais d’exploitation impressionnants

Une autre question se pose. Comment une application comme Snapchat peut-elle amener des dépenses si importantes?

Outre les frais de recherche et développement, il y a bien sûr les salaires de ses quelque 350 employés.

Toutefois, le coût le plus important à absorber est celui lié à l’entreposage des données.

Récemment, l’entreprise révélait qu’elle verserait 2 milliards de dollars américains sur cinq ans à Google pour ses services. Selon Reuters, cela représente un coût de 0,97 $ par usager quotidien actif, contre 0,85 $ pour Facebook. Toutefois, les revenus par usager de Snapchat sont loin de ceux générés par ces derniers (1,05 $ contre 7,16 $).

Une compétition féroce

Outre la question du contrôle de ses coûts, Snapchat devra aussi s’affairer à augmenter sa base d’usagers et les revenus moyens générés par ceux-ci. Pour l’instant, l’application est particulièrement populaire auprès des plus jeunes. Elle demeure toutefois un mystère pour plusieurs adultes, un défi auquel il faudra continuer de s’attaquer.

La compétition entre aussi en jeu. Il y a bien sûr Facebook qui pèse lourd, mais aussi Instagram, dont le lancement l’été dernier d’une fonction semblable à celle de Snapchat (Stories) semble faire mal à cette dernière.

Malgré cette situation et les dires des dirigeants de Snapchat, pour qui l’application «ne sera peut-être jamais profitable», l’entreprise Snap veut maintenant entrer en Bourse. Même si elle s’est donné comme objectif initial de lever 3 milliards de dollars, les experts estiment encore la valeur de l’entreprise entre 20 et 25 milliards.

La formation reliée au sujet

Gestion de communauté: Les réseaux sociaux secondaires

A propos de l'auteur

François Nadeau
Analyste marketing

Diplômé du MBA en marketing de l'Université Laval, je travaille présentement en tant qu'analyste marketing. Je me passionne pour tout ce qui touche les nouvelles technologies et les nouveaux médias. Courriel: fnadeau@isarta.com

Laisser un commentaire

X
Retour en haut de la page