Le pouvoir émancipateur des médias sociaux «de niche» Reviewed by Philippe Jean Poirier on . Vous en avez soupé de voir défiler des «mèmes» débiles d’acteurs connus, des photos de chats, des vidéos fails qui font sourire, tout en étant totalement insign Vous en avez soupé de voir défiler des «mèmes» débiles d’acteurs connus, des photos de chats, des vidéos fails qui font sourire, tout en étant totalement insign Rating: 0

Le pouvoir émancipateur des médias sociaux «de niche»

Vous en avez soupé de voir défiler des «mèmes» débiles d’acteurs connus, des photos de chats, des vidéos fails qui font sourire, tout en étant totalement insignifiantes? Si oui, c’est le temps pour vous de quitter les gradins de Facebook ou Twitter et de joindre un réseau social «de niche» digne de ce nom, vous permettant d’agir dans le monde. Explications.

6 novembre 2017

Les médias sociaux généralistes reposent sur la force du nombre: on s’inscrit sur Facebook, LinkedIn, Instagram, Twitter, parce que tout le monde s’y trouve. Ce sont les nouveaux perrons d’églises, où l’on prend des nouvelles de la tribu et de son voisin.

Ces médias sociaux n’ont de valeur ajoutée que celle amenée par les commentaires des uns et des autres.

Les médias sociaux de niche, pour leur part, opèrent à l’inverse. Ils fédèrent des gens sous le chapiteau d’une passion commune. Idéalement, l’application en elle-même sert à la fois d’outil pour exercer sa passion, en plus de lieu de rencontre pour la communauté.

Le réseau social «pour athlètes» Strava illustre à merveille cette dynamique «de niche»: l’application part d’un besoin ultra pointu, celui des athlètes de tout acabit de saisir leurs performances sportives géolocalisées, à vélo ou en course à pied. Les gens s’y inscrivent d’abord et avant tout pour cela.

D’autres applications offrent le même service: RunKeeper, Nike, Fitbit. Mais Strava a compris plus que tout autre fournisseur le pouvoir d’intégrer la communauté dans l’outil même qui est offert. Toutes les fonctionnalités de Strava sont orientées vers la comparaison des performances entre cyclistes et joggeurs, avec un système ouvert de classement des meilleurs temps par segment parcouru, ainsi que des «like» et des commentaires sous les sorties. Ainsi est né la communauté Strava.

Un autre exemple de média social de niche est celui de Flickr, l’application de partage de photos. Les gens y vont d’abord et avant tout pour publier et potentiellement vendre leurs photos. Mais, les sections de commentaires sont orientées vers le partage d’informations entre mordus de photographie, incluant la mention des objectifs et des techniques utilisés. Flickr possède, de plus, une politique claire de gestion des droits d’auteurs.

Un dernier exemple de médias sociaux de niche provient du domaine du jeu vidéo. La culture des chat room de World of Warcraft constitue une communauté à part entière: les joueurs entrent constamment en contact les uns avec les autres pour échanger des informations sur la partie en cours, ou donner leur avis sur un autre jeu en ligne.

Acteur plutôt que spectateur

Qu’ont tous ces médias sociaux de niche en commun? Ils donnent un rôle actif à l’utilisateur, qu’il soit athlète, photographe ou gamer. L’application aide l’utilisateur à accomplir un projet, qu’il soit de nature sportive, artistique ou récréative; la communauté, elle, se crée dans le sillage de ce projet.

La prochaine fois que vous vous sentez déprimé par le contenu de votre fil Facebook, Twitter ou Instagram… Identifiez une passion, un projet, un objectif que vous poursuivez. Il existe probablement une application pour vous aider à atteindre cet objectif, tout en vous mettant en contact avec des gens qui partagent votre passion. La satisfaction sera plus grande que de multiplier les «J’aime» sur votre média social généraliste du moment.

Articles pertinents sur le sujet:

How Strava is building a niche social network for athletes — without ads

Are Niche Social Media Sites The Beginning Of A New Trend?

60+ Niche Social Networks Marketers Should Know About

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste indépendant qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Mandats actuels: recherche d’emploi, vie au travail, TI, finances personnelles, tourisme, famille et vélo. Courriel: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page