FinTech : 3 applications mobiles made in Québec Reviewed by Philippe Jean Poirier on . 19 avril 2018 Parce que c’est le temps des impôts et que la FinTech a la cote à Montréal, nous vous présentons 3 applications mobiles made in Québec de gestion 19 avril 2018 Parce que c’est le temps des impôts et que la FinTech a la cote à Montréal, nous vous présentons 3 applications mobiles made in Québec de gestion Rating: 0

FinTech : 3 applications mobiles made in Québec

mobile-attentat-usa-jdm

19 avril 2018

Parce que c’est le temps des impôts et que la FinTech a la cote à Montréal, nous vous présentons 3 applications mobiles made in Québec de gestion des finances qui se distinguent par leur approche marketing.

1. HyperDépenses et ses «hyperbidous»

HyperDépenses est une application mobile d’archivage de factures et de reçus, qui s’inscrit dans une suite d’HyperApp en développement.

HyperDépenses s’adresse à tous ceux qui trouvent ça pénible d’archiver leurs factures et leurs reçus, de tenir un registre de leurs déplacements et/ou de soumettre leurs notes de frais. Grâce à notre application, ils peuvent désormais le faire en un clin d’oeil sur leur appareil mobile», explique François Desrosiers, président de HyperBop.

HyperDépenses se distingue de son concurrent Freshbook d’au moins deux manières. D’abord, elle a été développée directement sur le mobile, avec toute l’optimisation que cela permet. Ensuite, on paie non pas sur une base mensuelle, mais en fonction de l’utilisation. Les développeurs ont intégré à l’application une monnaie virtuelle pour acquitter les frais d’utilisation: l’hyperbibou !

2 – Hardbacon, à la manière OneDollarShave.com

Hardbacon est une application mobile permettant à des investisseurs autonomes canadiens de gérer leurs placements en ligne. Un marché de niche, direz-vous ?

Ce n’est pas l’avis du fondateur Julien Brault. Le journaliste devenu entrepreneur s’est mis en tête de nous convertir un à un aux vertus d’investir en bourse avec son cours «Pas un autre cours plate sur l’investissement !»

L’humour et le ton pince-sans-rire de cette pub rappellent à certains égards la publicité virale de OneDollarShave.com.

Julien Brault gagnera-t-il son pari? Aux dernières nouvelles, 850 personnes utilisaient déjà l’application pour gérer des actifs s’élevant à 60 millions de dollars.

3 – Mylo, de veau… à taureau !

Mylo est partie d’une idée toute simple qui, depuis, a fait son chemin. L’application mobile propose d’arrondir les transactions de l’utilisateur au dollar supérieur pour ainsi investir les sommes récupérées.

Le nom de l’application provient de l’athlète romain Milo de Croton (500 avant J.-C.); celui-ci avait la réputation de s’entraîner en transportant un veau sur ses épaules. Le veau devenant taureau, Milo gagna une force considérable au fil des ans.

Tout comme Milo de Croton, peut-on lire sur le site Web de Mylo, vous pouvez également réaliser des exploits incroyables petit à petit. L’application Mylo adopte cette même approche, afin de vous aider à atteindre vos objectifs financiers.»

Mylo vient de compléter un 2tour de financement à la hauteur de 2,5 millions de dollars, avec la participation de Desjardins Capital.

  • En savoir plus sur Mylo

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste indépendant qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Mandats actuels: recherche d’emploi, vie au travail, TI, finances personnelles, tourisme, famille et vélo. Courriel: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page