Nouveau rapport du CEFRIO sur le financement participatif en capital au Québec Reviewed by Communiqués de presse on . Montréal, le 5 mai 2015 – Le CEFRIO publie un rapport de recherche sur le financement participatif en capital, une nouvelle pratique Web en émergence au Québec. Montréal, le 5 mai 2015 – Le CEFRIO publie un rapport de recherche sur le financement participatif en capital, une nouvelle pratique Web en émergence au Québec. Rating: 0

Nouveau rapport du CEFRIO sur le financement participatif en capital au Québec

Par

CEFRIO financement participatif en capital

Montréal, le 5 mai 2015 – Le CEFRIO publie un rapport de recherche sur le financement participatif en capital, une nouvelle pratique Web en émergence au Québec. 

Le financement participatif en capital (equity crowdfunding) a vu le jour grâce à l’émergence des réseaux sociaux et des plateformes Web de financement. Déjà populaire dans plusieurs pays, il s’inscrit dans un mouvement de désintermédiation financière et répond par ailleurs à un réel besoin des petites entreprises à trouver du financement à moindre coût.

Le financement participatif en capital est en essor au niveau mondial et le Québec n’échappe pas à ce mouvement. De nouvelles règles devraient sous peu être mises en place par l’Autorité des marchés financiers (l’Autorité) afin d’encadrer et de favoriser le développement de cette méthode de financement, notamment pour les entreprises québécoises.

Dans le but d’évaluer dans quelle mesure cette nouvelle pratique en ligne sera accueillie par les adultes internautes du Québec, le CEFRIO a réalisé récemment un projet de recherche sur le sujet et publie aujourd’hui son rapport intitulé Financement participatif en capital : l’émergence d’une nouvelle pratique web au Québec.

En tant que promoteur de l’usage numérique au Québec, le CEFRIO a examiné les pratiques actuelles de quelques pays en matière de financement participatif en capital. Même s’il s’agit d’une tendance encore émergente ici, plusieurs entreprises québécoises en démarrage souhaitent pouvoir y avoir accès pour se financer auprès du public et de leurs auditoires, entre autres sur les médias sociaux» souligne Jacqueline Dubé, présidente-directrice générale du CEFRIO.

Deux facteurs favoriseront l’essor du financement participatif en capital

Au terme des travaux du CEFRIO, il ressort notamment que le développement et le succès du financement participatif en capital au Québec reposent sur deux piliers :

  • des investisseurs québécois bien informés sur les caractéristiques de ce type d’investissement, son mode de fonctionnement et les risques qui s’y rattachent;
  • et la mise en place de saines pratiques d’affaires de la part des promoteurs qui offriront de telles plateformes aux Québécois.

Le rapport Financement participatif en capital : l’émergence d’une nouvelle pratique web au Québec décrit les parties prenantes, les caractéristiques et les risques du financement participatif en capital et présente le rôle clé qu’y jouent les portails Web. Il décrit les modèles d’affaires d’une sélection de plateformes de différents pays et illustre les parcours types que doivent suivre les investisseurs pour y investir et celui des émetteurs pour y inscrire leur projet.

Le financement participatif en capital permettra à des sociétés en démarrage et à des petites entreprises du Québec de se financer d’une nouvelle façon. Cette source de financement s’ajoute de façon complémentaire à l’ensemble des produits et services de financement actuellement disponibles dans le marché. Nous croyons que le développement de cette pratique et son adoption par le public investisseur contribuera à soutenir l’entrepreneuriat au Québec », déclare Mario Albert, directeur général de Finance Montréal.

Les résultats des travaux du CEFRIO reposent sur une démarche de recherche en trois étapes :

  • un examen du contenu et du mode de fonctionnement de quelques portails offrant déjà du financement participatif en capital aux États-Unis et ailleurs dans le monde;
  • l’établissement, avec un comité d’experts, d’une typologie des risques associés au financement participatif en capital, principalement du point de vue de l’investisseur individuel;
  • la réalisation de tests en laboratoire auprès d’une trentaine d’adultes représentatifs du marché des investisseurs pour ce type de service financier afin d’analyser leurs comportements dans l’environnement Web du financement participatif en capital.

Ces récents travaux de recherche du CEFRIO ont permis d’enrichir notre propre réflexion sur l’encadrement du financement participatif en capital qui devrait être mis en place, notamment en regard du comportement des investisseurs sur les plateformes électroniques de financement. Ces travaux ont été soutenus par notre Fonds pour l’éducation et la saine gouvernance, un outil qui permet de financer des projets qui s’intéressent à la protection et à l’éducation des investisseurs, à la promotion de la gouvernance et à l’amélioration continue des connaissances dans les divers domaines liés à la mission de l’Autorité », mentionne Louis Morisset, président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers.

Équipe de chercheurs et partenaires

Le projet a été réalisé avec une équipe de chercheurs composée de Stéphane Rousseau, Ph. D., professeur titulaire, Faculté de droit, Université de Montréal et Sandrine Prom Tep, Ph. D., professeur, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal et un comité de collaborateurs experts.

Le projet Financement participatif en capital : l’émergence d’une nouvelle pratique web au Québec a été rendu possible grâce au soutien financier du Fonds pour l’éducation et la saine gouvernance de l’Autorité des marchés financiers, Finance Montréal ainsi que Fondaction CSN

À propos du CEFRIO

Depuis plus de 25 ans, le CEFRIO accompagne les organisations publiques et privées dans la transformation de leurs processus et pratiques d’affaires par l’appropriation et l’utilisation du numérique. Organisme membre du Réseau recherche innovation Québec (RRIQ), le CEFRIO est mandaté par le gouvernement du Québec afin de contribuer à l’avancement de la société québécoise par le numérique. Il recherche, expérimente, enquête et fait connaître les usages du numérique dans tous les volets de la société. Son action s’appuie sur une équipe expérimentée, un réseau de quelque 80 chercheurs associés et invités ainsi que l’engagement de plus de 150 membres.

Retour en haut de la page