S’informer en temps réel passe de plus en plus par le Web: CEFRIO Reviewed by Christian Bolduc on . Dans sa plus récente NETendance intitulée Actualité et nouvelles, le CEFRIO explore les habitudes de consommation des Québécois en information. Le constat princ Dans sa plus récente NETendance intitulée Actualité et nouvelles, le CEFRIO explore les habitudes de consommation des Québécois en information. Le constat princ Rating: 0

S’informer en temps réel passe de plus en plus par le Web: CEFRIO

Par

Dans sa plus récente NETendance intitulée Actualité et nouvelles, le CEFRIO explore les habitudes de consommation des Québécois en information. Le constat principal auquel arrive le rapport indique que les adultes québécois suivent la même courbe de comportement que les autres peuples en Occident et ailleurs: qu’avec la prolifération du téléphone intelligent se greffe un déplacement corrélatif vers le Web lorsque vient le temps de s’informer.

Headshot confused businessman reading bad news on smart phone

Alors que la presse écrite (imprimée) constate un glissement important de sa popularité depuis 2012 (de 22,5% à 17,6%), Internet, malgré une hausse appréciable de fréquentation (de 19,7% à 26,4%), reste largement en-deçà de la télévision comme source principale d’information dans cette catégorie de la population (à 46,4%).

Là où Internet progresse le plus est dans le segment spécialisé des utilisateurs de téléphones intelligents et tablettes. Toujours d’après le CEFRIO, 38,2% des adultes québécois s’informent désormais via leur appareil mobile alors qu’ils n’étaient que 17,4% à faire la même chose deux ans plus tôt.

Cette courbe suit évidemment celle, exponentielle, des ventes associées aux tablettes et téléphones mobiles. Et ici, les résultats sont impressionnants. Alors que 12,7% des Québécois adultes possédaient une tablette en 2012, ils sont dorénavant 31,5% dans la même position. En ce qui a trait au cellulaire dit « intelligent », une majorité (52,3%) s’est clairement dégagée en 2014. Une hausse de près de 15 points si on considère les 38,9% qui étaient des adeptes de ce genre d’appareil en 2012.

Retour en haut de la page