Comment apprendre la créativité ? Les réponses d’Hélène Godin de la Factry Reviewed by Kévin Deniau on . [caption id="attachment_60295" align="aligncenter" width="714"] Hélène Godin : "La créativité est un muscle et il faut sans cesse y revenir pour s’outiller"[/ca [caption id="attachment_60295" align="aligncenter" width="714"] Hélène Godin : "La créativité est un muscle et il faut sans cesse y revenir pour s’outiller"[/ca Rating: 0

Comment apprendre la créativité ? Les réponses d’Hélène Godin de la Factry

Hélène Godin : « La créativité est un muscle et il faut sans cesse y revenir pour s’outiller »

23 novembre 2018

Pour Hélène Godin, à l’origine de l’école la Factry, la créativité est un muscle qui se développe et s’entretient. Elle nous explique comment dans cette entrevue. 

Il y a quelques semaines, nous vous avions fait découvrir les coulisses d’une école unique en son genre au Québec car entièrement dédiée à la créativité : la Factry.

Le sujet nous a tellement enthousiasmé que nous avons décidé d’aller plus loin aujourd’hui en interrogeant Hélène Godin, la responsable de la création et des programmes pédagogiques de la Factry, sur justement les moyens d’apprendre la créativité. Voici ses conseils.

Vous avez créé la Factry car, pour vous, la créativité, cela s’apprend. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Hélène Godin : Oui, la créativité, cela s’apprend. Plus précisément, cela se développe et cela se pratique. C’est comme aller au gym : tu ne peux pas te remettre en forme en n’y allant qu’une seule fois. La créativité est un muscle et il faut sans cesse y revenir pour s’outiller. Et souvent arriver aussi à prendre du recul pour y arriver.

Cela s’apprend… mais pas n’importe où ni n’importe comment ! Cela demande en effet un contexte qui va favoriser l’éclosion de cette créativité et c’est ce que nous essayons de proposer à la Factry.

Comment faites-vous concrètement ?

H. G. : On nous appelle souvent les « maîtres of not knowing », ceux qui n’ont pas les réponses. Il faut savoir que lors d’un processus créatif, par définition, on ne connaît pas d’avance la réponse que l’on cherche. C’est justement grâce à ce processus que l’on va y arriver.

Notre rôle est de mettre en place le contexte. Nous n’avons pas de professeurs à la Factry mais des maîtres d’atelier. Ce sont eux qui vont offrir le contexte pour faire émerger des idées. On va créer des espaces de réflexion, on va donner des outils de brainstorming ou de feedback, pour que la réflexion puisse être orientée. On donne ainsi des outils qui vont pousser à aller plus loin mais pas de réponse.

Peut-on s’exercer chez soi ?

H. G. : Oui. En fait, il faut bien comprendre que développer sa créativité, c’est parfois juste prendre du recul ! Prendre le temps d’écumer ce qui se passe autour de nous. Par exemple, prendre un chemin différent pour aller au bureau. La créativité, c’est de l’ouverture. Il faut être sensible à ce qui se passe autour de nous.

Le problème que nous avons tous, c’est que nous sommes piégés par le temps. Il nous force à être dans l’action, au détriment de la réflexion. Et donc on bascule dans un mode de paresse mentale où l’on ne prend plus le temps d’observer, de se questionner…

C’est la raison pour laquelle, à la Factry, on ne sait jamais comment on va être dans le cours. Assis, debout, avec quelle équipe, quelle place. On essaie d’obliger les apprenants à penser différemment. Cela paraît anodin mais juste le fait de changer de stylo parfois peut changer sa façon de réfléchir.

Est-ce que tout le monde peut développer des compétences créatives ?

H. G. : C’est en effet une idée que l’on entend souvent : certaines personnes sont plus créatives que d’autres. D’abord, ce n’est pas un talent inné, comme je le disais auparavant. Bien entendu, des gens ont plus de talent que d’autres. Mais, ici, on parle plus de développer une posture créative. Et ça, cela appartient à tous.

Après, il faut aussi noter que, dans une équipe créative, tu as besoin de toutes sortes de profils. On dit souvent que des personnes plus cadrées sont moins créatives. Ce n’est pas vrai, elles ont aussi leur place dans un processus créatif.

Si on a que des gens qui ont des idées folles mais que personne n’est capable d’organiser le terrain, on n’est pas plus avancé. Il faut avoir une compréhension commune de notre capacité créative et savoir ce que l’on peut apporter dans une équipe.

Leadership créatif, Implanter une culture data, Trouver son X… les cours proposés sont très divers à la Factry. Y a-t-il un lien qui les relie ?

H. G. : Le lien, c’est le monde qui est en transformation ! Le leadership ne se pratique plus comme il se pratiquait avant. Aujourd’hui, nous sommes plus dans un mode transversal et de co-création. Il faut donc apprendre à travailler autrement. Et nous, on s’intéresse à tout ce qui change justement.

On voit beaucoup de jeunes qui veulent développer des compétences créatives parce qu’ils comprennent que c’est important pour faire face aux enjeux du XXIe siècle. La compétence clé pour aborder tous ces changements, c’est en effet la créativité !

 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser sur le sujet :

Femmes de l’industrie: rencontre avec Marie Amiot, PDG de La Factry

Dans les coulisses de la Factry, la nouvelle école montréalaise pour apprendre… la créativité !

Comment réussir à insuffler une culture de la formation et de l’apprentissage au sein de votre entreprise ?

Avec l’automatisation, que sera le futur du travail… et de la fonction RH ?

Les idées inspirantes pour changer le monde du travail entendues lors du CultureFest

A propos de l'auteur

Kévin Deniau
Journaliste numérique responsable des contenus d'Isarta Infos

Passionné par le marketing et les nouvelles technologies, Kévin a travaillé en tant que journaliste économique. Il a également été entrepreneur. Vous pouvez le contacter sur Twitter @kdeniau ou par courriel kevin.deniau@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page