Les retombées de l’industrie de la créativité numérique dépassent le milliard de dollars au Québec Reviewed by La Rédaction on . 6 mai 2019 À l'approche des prix Numix, le 9 mai prochain à l'Olympia, Xn Québec s’est associée à l’Alliance numérique et à COOP La Guilde pour dresser le premi 6 mai 2019 À l'approche des prix Numix, le 9 mai prochain à l'Olympia, Xn Québec s’est associée à l’Alliance numérique et à COOP La Guilde pour dresser le premi Rating: 0

Les retombées de l’industrie de la créativité numérique dépassent le milliard de dollars au Québec

Par

6 mai 2019

À l’approche des prix Numix, le 9 mai prochain à l’Olympia, Xn Québec s’est associée à l’Alliance numérique et à COOP La Guilde pour dresser le premier profil de l’industrie de la créativité numérique du Québec. Retour sur les faits saillants.

Rappelons tout d’abord que le secteur de la créativité numérique est organisé autour de la production — à des fins commerciales — de contenus et d’expériences ayant recours à de nouvelles technologies, et dont la portée a été amplifiée par l’arrivée de l’Internet et du Web.

Pour mener cette étude, réalisée avec le soutien financier de Export Québec, la Ville de Montréal et le Fonds des médias du Canada, les auteurs ont sollicité la participation de 270 entreprises membres. Soixante-sept d’entre elles ont accepté de participer à une entrevue semi-dirigée. Les répondants ont également reçu un lien vers un sondage anonyme en ligne qui portait sur des éléments plus sensibles, dont la dimension financière de leurs activités.

Une croissance supérieure à 10% par an

Premier enseignement : le secteur contribue à hauteur de 1,2 milliard de dollars canadiens (G$ CA) à l’économie québécoise, et son ampleur croît à un taux de plus de 13 % par année.

Ce sont en majorité des entreprises jeunes avec une moyenne d’âge de 10 ans, et parmi lesquelles 20 % ont moins de trois ans.

En tant que secteur d’emplois qualifiés, il contribue à la création de plusieurs dizaines de milliers d’emplois directs, et la croissance de l’emploi dans le secteur augmente de plus de 10 % chaque année au Québec.

Plusieurs entreprises fonctionnent selon un modèle hybride entre production originale et production de service : 38 % ont ainsi pu s’autofinancer.

35 % d’entre elles se consacrent à une seule activité, principalement dans les secteurs du jeu vidéo et des activités de communication corporative (production vidéo, communications et marketing), tandis que 22 % maintiennent cinq activités ou plus.

Un secteur en forte croissance

Le chiffre d’affaires de près de la moitié des entreprises sondées était de moins de 500 000 dollars (k$) en 2015, tandis qu’aujourd’hui, plus du tiers d’entre elles ont un chiffre d’affaires entre 1 et 5M$.

La marge bénéficiaire nette déclarée par 42 % des répondants était supérieure à 10 % en 2018 (alors que seulement 20 % des firmes atteignaient ce niveau en 2015).

Côté demande, hormis le Québec, les principaux marchés d’exportation se situent en Amérique du Nord, et en Europe dans une moindre proportion.

Près de 4 entreprises sondées sur 10 (39 %) sont présentes en Chine. Les marchés en dehors du Québec qui les intéressent le plus sont l’Amérique du Nord et l’Europe. Parmi les entreprises qui ne sont pas présentes en Chine, moins de 10 % ont exprimé un intérêt envers ce marché.

Sans surprise, l’enjeu principal identifié par les répondants est celui de la main-d’œuvre, et en particulier la main-d’œuvre spécialisée. Ce défi s’exprime tant en termes de recrutement que de rétention et de formation.

Plusieurs dirigeants interrogés ont également mentionné que la recherche de financement était compliquée par le faible niveau de compréhension des réalités du secteur au sein des organismes publics et privés.

À lire également : 

Industries créatives : Montréal, 7e métropole nord-américaine… mais les défis à venir sont nombreux

Retour en haut de la page