5 possibles débouchés marketing de la reconnaissance faciale Reviewed by Philippe Jean Poirier on . 19 juin 2018 La reconnaissance faciale est sur le point de chambouler nos vies, en redéfinissant la notion d'espace public. Voici à quoi s'attendre, d'un point 19 juin 2018 La reconnaissance faciale est sur le point de chambouler nos vies, en redéfinissant la notion d'espace public. Voici à quoi s'attendre, d'un point Rating: 0

5 possibles débouchés marketing de la reconnaissance faciale

19 juin 2018

La reconnaissance faciale est sur le point de chambouler nos vies, en redéfinissant la notion d’espace public. Voici à quoi s’attendre, d’un point de vue marketing.

Le défi technologique que représente la reconnaissance faciale est en voie d’être surmonté. En 2014, Facebook annonçait que son projet de rechercher DeepFace avait atteint une reconnaissance des visages de 97,35 % dans un environnement non contrôlé. Google a par la suite, en 2015, annoncé un résultat de 99,63%, via son projet de recherche FaceNet.

Faut-il s’en inquiéter ? Bientôt, l’espace public répondra aux mêmes codes que l’espace virtuel qu’est Internet. Il sera difficile – voire impossible – de sortir de la maison sans laisser de traces numériques. (Jusqu’à maintenant, on pouvait toujours désactiver son téléphone pour circuler dans un anonymat relatif. Mais avec la reconnaissance faciale, on nage en plein Big brother…)

Ce n’est pas sans danger de dérapage, donc. Mais il y a du bon. Ça complique la vie des fraudeurs, et aussi, ça ouvre tout un champ de possibilités marketing pour rehausser l’expérience client.

En voici 5 exemples :

1. Pour payer…

Le visage fait partie des éléments du corps pouvant servir à l’identification biométrique d’une personne. Il peut donc se substituer à la carte de guichet ou de crédit que l’on traine sur soi pour prouver que l’on détient un compte chez telle ou telle institution financière.

Le rapport de Mary Meeker soulignait l’avance de la Chine à l’égard du paiement mobile. Il en va de même pour le paiement par reconnaissance faciale :

2. … ou s’authentifier

Dans le même esprit, nous n’aurons bientôt plus besoin de trimbaler avec nous des billets de concert ou le PDF confirmant que nous avons bel et bien payé notre place. Il suffira de montrer… notre binette!

3. Pour resserrer les liens de la communauté

L’application Google Photos utilise déjà la reconnaissance faciale de cette façon. Elle identifie et présélectionne nos photos en fonction des visages qu’elle détecte dans le cadre, pour ensuite proposer des arrangements thématiques. On partage nos photos plus facilement et plus rapidement avec nos proches, car leur classement est en partie automatisé.

Il y a quelque temps, Facebook avait lancé une fonctionnalité de reconnaissance faciale (DeepFace) servant à identifier automatiquement les utilisateurs présents dans les photos partagées sur sa plateforme. Il s’était toutefois fait taper sur les doigts par la justice américaine, pour violation de la confidentialité.

On peut toutefois s’attendre à de nouvelles déclinaisons de ce genre dans le futur. La reconnaissance faciale est un puissant outil pour faciliter le contact de gens d’un même réseau ou d’une même communauté.

4. Pour sonder la clientèle

La reconnaissance faciale permet actuellement à des agences de marketing d’identifier l’âge et le sexe des auditeurs d’une publicité, ainsi que leur réaction (négative ou positive) face à cette publicité. C’est une pratique en émergence entre autres utilisée dans le secteur du digital out-of-house media advertisement, le DOOH.

Voici un exemple interactif de GM :

5. Pour personnaliser l’offre

Imaginez la scène. Vous approchez d’une machine distributrice et cette dernière reconnaît à vos traits que vous êtes une femme de trente ans. Elle vous propose la sélection de boissons que préfèrent les gens de votre segment de clientèle.

Mieux encore, elle vous reconnaît spécifiquement (c’est une machine que vous utilisez chaque jour au travail) et vous propose votre café préféré : deux crèmes deux sucres!

La reconnaissance faciale sera éventuellement un puissant d’outil de personnalisation de l’offre commerciale et publicitaire.

 

Les formations Isarta

Email Marketing : développer ses ventes et fidéliser sa clientèle

Publicités payantes sur Facebook

Gestion de communauté : Twitter, Instagram, Pinterest, LinkedIn et Snapchat

Marketing d’influence : Créer une campagne efficace

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste indépendant qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Mandats actuels: recherche d’emploi, vie au travail, TI, finances personnelles, tourisme, famille et vélo. Courriel: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page