Candidats : les questions à NE PAS poser en entrevue Reviewed by Philippe Jean Poirier on . [caption id="attachment_64912" align="aligncenter" width="803"] Photo : DDP / Unsplash[/caption] 1er mai 2019 On a beau vivre à une époque de grande transparenc [caption id="attachment_64912" align="aligncenter" width="803"] Photo : DDP / Unsplash[/caption] 1er mai 2019 On a beau vivre à une époque de grande transparenc Rating: 0

Candidats : les questions à NE PAS poser en entrevue

Par

Photo : DDP / Unsplash

1er mai 2019

On a beau vivre à une époque de grande transparence, où l’on est encouragé à faire preuve d’authenticité en toutes circonstances, il y a tout de même des questions qu’il est préférable de laisser de côté comme candidats. En voici quelques-unes.

Je suggère toujours aux candidats d’être authentiques, mais stratégiques, dit Eloïc Lévesque-Dorion, conseiller à l’emploi au Club de recherche d’emploi de Montréal Centre-Ville (CREMCV). On est là pour se mettre en valeur. »

Par conséquent, certains sujets gagnent à être évité, quand on est invité à poser des questions lors d’une entrevue:

Si on pose des questions sur le salaire, les avantages sociaux ou les horaires de travail, ça peut donner l’impression que l’on convoite le poste uniquement pour une de ces raisons, alors que ça n’a pas de lien direct avec le contenu du poste. Idéalement, on veut démontrer son intérêt envers l’entreprise et envers le poste affiché. »

Des questions trop précises ou insistantes sur l’horaire et les conditions de travail pourraient aussi donner l’impression que l’on a des contraintes personnelles qui limiteront notre engagement envers l’entreprise.

Les questions sur le nombre d’heures et le travail supplémentaire donnent l’impression que vous avez espéré en faire le moins possible, dit ici Alison Doyle, conseillère à l’emploi et chroniqueuse pour le site The Balance. Une meilleure question serait de demander quel est l’horaire « d’une journée typique ». La réponse vous donnera une idée des heures de travail à vous attendre. »

La question du salaire

Si l’employeur ne pose pas de question sur les attentes salariales pendant l’entrevue, Eloïc Lévesque-Dorion croit qu’il est plus sage d’attendre de savoir si on a le poste avant de lancer soi-même cette conversation :

Quand l’employeur s’est compromis pour dire que l’on est le candidat de son choix, on a un plus grand pouvoir de négociation. C’est préférable d’aborder la question du salaire à ce moment-là », explique-t-il.

La raison de l’affichage

Parfois, certains candidats aimeraient savoir pourquoi le poste est mis en affichage : s’agit-il de la création d’un nouveau poste ou est-ce que la personne précédente a quitté d’elle-même ou a été mise à pied?

C’est délicat, prévient Eloïc Lévesque-Dorion. On ne sait pas si c’est un sujet sensible à l’intérieur de l’entreprise, alors, si on tient à l’aborder, il faut y aller avec beaucoup de doigté. »

La question qui tue… toutes vos chances d’être embauché !

Finalement, avant de poser des questions générales sur l’entreprise qui vous a convoqué en entrevue, on prendra note de cette mise en garde d’Alison Doyle :

Évitez de poser des questions dont la réponse se trouve facilement sur le site Web de l’entreprise (par exemple : « qu’est-ce que fait votre entreprise? »). Ces questions démontrent que vous n’avez pas fait vos devoirs, ce qui implique que vous n’êtes pas vraiment intéressé par l’emploi. »

Bonne entrevue!

Retour en haut de la page