Fil de presse : peines criminelles pour les réseaux sociaux, Google Photos et l’héritier de Samsung condamné Reviewed by La Rédaction on . 18 janvier 2021 Vous n’avez pas eu le temps de suivre les dernières infos du marketing et des technologies ? Voici les faits saillants. Journal de Montréal : le 18 janvier 2021 Vous n’avez pas eu le temps de suivre les dernières infos du marketing et des technologies ? Voici les faits saillants. Journal de Montréal : le Rating: 0

Fil de presse : peines criminelles pour les réseaux sociaux, Google Photos et l’héritier de Samsung condamné

Par

18 janvier 2021

Vous n’avez pas eu le temps de suivre les dernières infos du marketing et des technologies ? Voici les faits saillants.

Journal de Montréal : les sites internet, aussi passibles de peines criminelles

Comme le rappelle la journaliste : « Les réseaux sociaux, tout comme les sites d’information et les autres plateformes numériques, peuvent faire face à des accusations criminelles au Québec s’ils n’agissent pas contre les discours haineux. »

Elle continue : « « Au Québec, dès qu’une plateforme numérique prend connaissance du caractère illicite de propos qu’elle héberge, elle doit agir. Si elle ne le fait pas, elle peut être tenue responsable », résume Pierre Trudel, du Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal. »

Lire la suite sur le Journal de Montréal.

La Presse : près de Montréal, une action collective déposée contre Google Photos

Google n’a pas obtenu le consentement des millions de Québécois qui ont vu leurs photos téléchargées et analysées à leur insu sur Google Photos.

Comme le rappelle l’auteur de l’article, « toute photo transférée dans l’espace infonuagique généralement gratuit de Google Photos est analysée et les visages convertis en données biométriques. »

Lire la suite sur La Presse.

Les Affaires : l’héritier de Samsung condamné à plus de deux ans de prison

Une décision qui prive le géant technologique sud-coréen de son principal décideur.

M. Lee faisait l’objet d’un nouveau procès dans l’affaire à tiroirs qui avait entraîné la destitution en 2017 de l’ex-présidente Park Geun-hye, puis son incarcération. Il a été reconnu coupable de corruption et de détournements de fonds.

Lire la suite sur Les Affaires.

Crédits photo de une : Kote Puerto / Unsplash


Retour en haut de la page