Un tiers des Québécois a désormais un objet connecté à la maison selon le CEFRIO Reviewed by La Rédaction on . [caption id="attachment_70117" align="aligncenter" width="659"] Photo : BENCE BOROS / Unsplash[/caption] 7 novembre 2019 Le nombre d’adultes québécois possédant [caption id="attachment_70117" align="aligncenter" width="659"] Photo : BENCE BOROS / Unsplash[/caption] 7 novembre 2019 Le nombre d’adultes québécois possédant Rating: 0

Un tiers des Québécois a désormais un objet connecté à la maison selon le CEFRIO

Par

Photo : BENCE BOROS / Unsplash

7 novembre 2019

Le nombre d’adultes québécois possédant des objets connectés à Internet à domicile a atteint 33 %, une augmentation de 9 % par rapport à l’an dernier. Voici l’un des principaux constats de La domotique dans les foyers québécois, la plus récente enquête NETendances 2019 que le CEFRIO vient de rendre publique  

Assistant vocal à domicile, thermostat connecté via Internet, système d’éclairage connecté ou caméra de surveillance connectée, l’enquête démontre par ailleurs que les adultes québécois sont de plus en plus nombreux à posséder des appareils domestiques intelligents pour améliorer leur confort et leur qualité de vie (45 %), leur expérience de divertissement (40 %) ou encore leur sentiment de sécurité (33 %).

La sécurité avant tout

Une panoplie d’objets intelligents sont désormais utilisés dans les foyers québécois. Mais c’est la catégorie des appareils permettant la surveillance et un meilleur contrôle des foyers qui remporte le concours de popularité annuel, alors que 20 % des adultes québécois sont propriétaires d’au moins un objet parmi les suivants : avertisseur de fumée, caméra de surveillance, système de détection des fuites d’eau ou encore serrure et sonnette avec ou sans caméra.  

Nous observons une prépondérance envers les objets intelligents qui ont la capacité de combler un besoin de sécurité chez les adultes québécois sondés », a mentionné Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing au CEFRIO. « La ferveur des Québécois envers les solutions sécuritaires est sans doute tributaire de leur bénéfice, clairement identifiable pour l’utilisateur, car nous constatons que 64 % des adultes ne perçoivent pas encore la pertinence associée aux objets connectés disponibles sur le marché et que le bris de confidentialité et la sécurité des données s’avèrent un frein à l’acquisition de ces objets pour 29 % d’entre eux » a ajouté Mme Bourget. 

Les appareils prisés par les utilisateurs

Parmi les appareils enregistrant la plus forte augmentation annuelle, on retrouve l’avertisseur de fumée connecté avec une augmentation de 6 points de pourcentage pour atteindre 11 %, l’assistant vocal à domicile (11 %) avec une augmentation de 4 points de pourcentage, les électroménagers connectés (10 %) avec une augmentation de 6 points de pourcentage et les systèmes de détection de fuites d’eau (6 %) avec une augmentation de 3 points de pourcentage. 

La plupart (96 %) des détenteurs d’appareils connectés se disent satisfaits de leurs appareils. Le taux de satisfaction des personnes âgées de 65 ans et plus a par ailleurs augmenté de 7 points de pourcentage au cours de l’année pour s’établir à 90 % en 2019.

Le téléphone intelligent est l’outil privilégié pour le contrôle des objets connectés à la maison par près de la moitié des adultes québécois (49 % contre 43 % en 2018).

Par ailleurs, en 2019, 91 % des adultes québécois qui possèdent un assistant vocal à domicile ont utilisé au moins une de ces fonctionnalités. Parmi ces fonctionnalités le plus souvent utilisées, on retrouve l’écoute de la musique (78 %), la consultation des prévisions météorologiques (57 %) ainsi que la recherche d’information (46 %).

Les freins et motivations

En 2019, l’un des principaux freins à l’acquisition d’un appareil connecté pour la maison par les adultes québécois reste encore la perception d’un manque d’utilité ou de pertinence de ces appareils, une perception qui, toutefois, est moins marquée en 2019 (64 %) qu’en 2018 (71 %), ce qui représente une chute de sept points de pourcentage. Les adultes québécois détenant un diplôme universitaire sont plus nombreux (70 %) à avoir cette perception.

La complexité d’installation ou d’utilisation des appareils connectés rebute davantage les femmes (24 %) que les hommes (14 %), et leur prix est un obstacle pour la tranche d’âge de 18 à 34 ans (36 %). La confidentialité et la sécurité des données préoccupent particulièrement les adultes de 35 à 54 ans (35 %), alors que les répondants dont le revenu familial se situe entre 40 000 $ et 59 999 $ (25 %) voient leur désir d’achat réfréné par le manque d’information pour faire un choix éclairé.

Les adultes québécois seraient davantage motivés à acquérir des objets connectés pour la maison s’ils avaient la certitude que la confidentialité et la sécurité des données sont assurées (30 %) et si les fabricants d’objets connectés présentaient plus clairement les avantages que procurent leurs produits (24 %).

Retrouvez toutes les enquêtes du CEFRIO en cliquant ici.



Retour en haut de la page