Fil de presse : Le Time racheté par le fondateur de Salesforce et sa femme, des publicités verticales sur Youtube et soupçons de corruption chez Amazon Reviewed by La Rédaction on . 18 septembre 2018 Vous n'avez pas eu le temps de suivre les dernières infos du marketing et des technologies ? Voici les faits saillants : Le fondateur de Sales 18 septembre 2018 Vous n'avez pas eu le temps de suivre les dernières infos du marketing et des technologies ? Voici les faits saillants : Le fondateur de Sales Rating: 0

Fil de presse : Le Time racheté par le fondateur de Salesforce et sa femme, des publicités verticales sur Youtube et soupçons de corruption chez Amazon

Par

18 septembre 2018

Vous n’avez pas eu le temps de suivre les dernières infos du marketing et des technologies ? Voici les faits saillants :

Le couple Benioff, Marc et son épouse Lynn, achète Time à titre personnel, pour 190 millions de dollars. En s’offrant le magazine new-yorkais lancé en 1923, M. Benioff, 53 ans, et dont la fortune est évaluée à 6,7 milliards de dollars, devient ainsi le dernier milliardaire en date à venir à la rescousse de titres de la presse traditionnelle, confrontés au défi d’internet qui érode leur lectorat et leurs bénéfices.

Lire la suite sur Les Affaires

Neal Mohan, Chief Product Officer de YouTube, a présenté cette nouveauté lors du salon Dmexco. Il rappelle que « 70% du temps de visionnage sur YouTube dans le monde se fait sur smartphone ». Ce nouveau format est conçu pour permettre aux marques de proposer une expérience publicitaire plus fluide aux utilisateurs.

Pour inciter les annonceurs à opter pour les publicités vidéo verticales, YouTube a publié ce guide qui revient sur l’expérience mobile et les bonnes pratiques des marques qui diffusent des publicités au format carré ou vertical.

Lire la suite sur Le Blog du Modérateur

Selon le Wall Street Journal, des informations personnelles offertes par les employés serviraient notamment à donner un avantage concurrentiel à des vendeurs indépendants. Quant à la suppression d’avis négatifs, elle permettrait à des articles de mauvaise qualité de déjouer les algorithmes d’Amazon et de demeurer concurrentiels face à de meilleurs produits. Les employés impliqués auraient reçu entre 80 $ et 2000 $ US en pots-de-vin en échange des informations ou des actions demandées.

Lire la suite sur Radio Canada



Retour en haut de la page