L’algorithme de LinkedIn enfin décodé Reviewed by Philippe Jean Poirier on . 4 janvier 2021 Richard van der Blom, conférencier et formateur en ventes sociales sur LinkedIn, a cherché à comprendre l'algorithme du réseau professionnel. Il 4 janvier 2021 Richard van der Blom, conférencier et formateur en ventes sociales sur LinkedIn, a cherché à comprendre l'algorithme du réseau professionnel. Il Rating: 0

L’algorithme de LinkedIn enfin décodé

Par

4 janvier 2021

Richard van der Blom, conférencier et formateur en ventes sociales sur LinkedIn, a cherché à comprendre l’algorithme du réseau professionnel. Il s’est prêté à l’exercice en 2019 et il a 2020.

Il est bien connu que les géants du Web protègent jalousement la recette exacte de leur algorithme de publication.

Au-delà des lignes directrices qu’ils consentent à diffuser, il est bien difficile de savoir ce qui fait qu’une publication obtient des vues ou passe incognito.

Par chance, occasionnellement, des experts en médias sociaux tentent de quantifier l’impact des stratégies de publication, afin de savoir augmente réellement la portée d’une publication.

Richard van der Blom et son équipe de Open University ont analysé plus 4 500 publications LinkedIn à intervalles de 15 minutes avec des outils comme SproutSocial et Shield.

Après trois mois de recherche et d’analyse, l’équipe de Richard van der Blom a pu valider certaines hypothèses déjà connues et mettre en lumière les meilleures pratiques de publication.

Voici les résultats de son étude la plus récente.

La force du profil demeure importante

LinkedIn évalue la force d’un profil en fonction des champs remplis par l’usager. Plus un utilisateur remplit son compte, avec ses expériences professionnelles, une photo de couverture ou de profil, un résumé ou encore avec les différents diplômes et certifications obtenu.e.s, plus il monte en grade.

Sur le site, un utilisateur peut être, dans l’ordre, débutant, intermédiaire, avancé ou expert absolu.

Les utilisateurs qui ont un profil d’expert absolu obtiennent plus de visibilité lors de la première exposition «test» de publication.

Trouver la bonne dose de hashtags

Les publications contenant de 3 à 9 mots-clics ont de 20 à 40% plus de visibilité que les publications contenant moins de 3 mots-clics, ou plus de 10.

Aussi, les publications ayant des mots-clics spécifiques sont priorisées par l’algorithme.

Publier des documents et des vidéos natives, toujours payant

Les publications contenant des documents (+40-60%) et des vidéos (+20-40%) sont les plus susceptibles d’augmenter le temps de séjour de la publication.

Publication matinale

Les publications LinkedIn sont exposées une première fois à un auditoire «test» deux heures après la mise en ligne; la fenêtre de publication optimale pour booster cette première exposition est entre 8h et 10h, lorsque votre réseau professionnel commence sa journée de travail.

M’as-tu taggé?

Selon l’étude, tagger des contacts qui n’engagent pas dans la publication est puni par l’algorithme de Linkedin.

Les liens externes

Il est désormais déconseillé de publier des liens dans le premier commentaire, comme plusieurs le font pour augmenter l’engagement; aussi, inclure dans sa publication un 2e lien fait décroître la visibilité de 30% et un 3e ou plus de 40%.

Conclusion : LinkedIn a décidé de réhabiliter les liens externes, mais utilisés avec modération.

Réactivité payante

La visibilité d’une publication augmente lorsque l’on prend moins de 24 heures pour répondre ou laisser un « J’aime » à tout ceux qui commentent notre publication.

Aimer VS commenter VS partager

Les likes ont 50 % moins d’impact que les commentaires.

Aussi, les partages de publication sont considérés par LinkedIn comme des duplications de contenu et ont peu d’impact sur la visibilité.

Article VS infolettre

En 2013, LinkedIn a lancé un format de publication nommé « article ». Ce format n’a jamais vraiment obtenu l’adhésion des utilisateurs et génère généralement peu de vues.

En 2019, l’application de réseautage professionnel a créé un nouveau format de publication intitulé « infolettre ». Selon l’étude, ce format génère 4 fois plus de vues que le format article.

Une publication VS deux publications par jour

Selon l’étude, LinkedIn préfère présenter une seule publication par auteur dans le fil d’actualité.

Par conséquent, diffuser une seconde publication dans son réseau aura pour effet de réduire l’exposition de la première publication.

L’étude a été traduite par Alexandre Bouchard, consultant en stratégies numériques et en ventes sociales sur LinkedIn.

Vous voulez en savoir plus sur Linkedin? Pourquoi ne pas suivre une formation :

Crédits photo de une : Inlytics | LinkedIn Analytics Tool / Unsplash


Retour en haut de la page