Les vertus du travail « sans frontière » face au télétravail Reviewed by Philippe Jean Poirier on . [caption id="attachment_73031" align="aligncenter" width="588"] Photo : Jacky Chiu / Unsplash[/caption] 10 février 2020 Des chercheurs de la Harvard Business Sc [caption id="attachment_73031" align="aligncenter" width="588"] Photo : Jacky Chiu / Unsplash[/caption] 10 février 2020 Des chercheurs de la Harvard Business Sc Rating: 0

Les vertus du travail « sans frontière » face au télétravail

Par

Photo : Jacky Chiu / Unsplash

10 février 2020

Des chercheurs de la Harvard Business School (HBS) ont fait une étude comparative pour déterminer si le «travail sans frontière» (désigné «work from anywhere» dans l’étude) offrait les mêmes avantages que le télétravail traditionnel effectué de la maison («work from home»). Leur conclusion : le travail sans frontière se démarque avantageusement aussi bien au niveau du bien-être que de la productivité. Explications.

Il y a quelques années, le Bureau américain des brevets et des marques de commerce a instauré un nouveau programme de «flexibilité géographique» au sein d’une équipe de réviseurs de brevet bénéficiant déjà d’une option de télétravail «à la maison». Les employés du Bureau des brevets pouvaient dorénavant choisir le lieu géographique où ils allaient vivre et travailler.

Les chercheurs de la HBS ont donc pu comparer la productivité avant et après des réviseurs qui avaient choisi l’option de travail «sans frontière». Et il s’avère que la flexibilité géographique a présenté au moins 3 avantages sur l’option de travail à la maison:

  • Hausse de la productivité de 4,4%;
  • Réduction du coût de la vie;
  • Augmentation du bien-être psychique;

Ces résultats sont importants parce qu’ils suggèrent que le travail sans frontière (et la flexibilité géographique) est un nouveau modèle construit avec des bienfaits spécifiques, pas seulement un cas extrême de télétravail, explique-t-on dans l’étude. Nous apportons des observations sur les mécanismes qui peuvent améliorer la productivité en contexte de travail sans frontière. Les professionnels du Bureau des brevets se sont relocalisés vers des lieux où le coût de la vie était moindre et nous rapportons une corrélation entre une relocalisation vers un lieu en dessous du coût de la vie médian et la productivité.»

En effet, les réviseurs qui se sont relocalisés vers les lieux où le coût de la vie était le moins cher sont aussi ceux qui ont expérimenté la plus grande hausse de leur productivité.

L’hypothèse est la suivante : les lieux «abordables» sont souvent éloignés des grands centres et offrent par conséquent une meilleure qualité de vie, en étant à proximité de la nature par exemple.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs se sont d’ailleurs rendu compte qu’une majorité de professionnels s’étaient établis en Floride, un État «sympathique aux retraités», où le climat est doux et le coût de la vie, relativement abordable.

Un programme «gagnant-gagnant»

Si l’on proposait à une entreprise une formule «magique» permettant d’augmenter les salaires ET la productivité des employés sans même débourser un sou de plus, personne n’y croirait.

Pourtant, en offrant une option de «flexibilité géographique«, c’est une peu ce qui se produit: les employés voient leur productivité ET leur revenu «disponible» augmenter, et ce, sans que l’entreprise n’ait besoin d’accorder une hausse de salaire.

Ces deux découvertes mises ensemble suggèrent un scénario où une mesure non pécuniaire se traduit en un bénéfice pécuniaire aussi bien pour l’employé que pour l’entreprise, expliquent les chercheurs. Le bénéfice pécuniaire d’un coût de la vie réduit est équivalent à une hausse de revenu, laquelle est liée à une augmentation de la satisfaction et de la productivité des employés.»

Garder contact, la clé du succès

Les chercheurs se sont également penchés sur les conditions pouvant rendre le travail sans frontière plus efficace.

Rendre obligatoire l’usage d’outils technologiques semble assouplir le besoin de coordination (et par le fait même, augmenter la productivité) pour les employés devant faire approuver leur travail par un superviseur.»

En d’autres mots, les employés qui étaient tenus de se rapporter à travers une application de gestion de tâches pour faire approuver leur travail avaient une meilleure assiduité dans la rencontre de leur échéance.

Retrouvez tous nos articles sur le télétravail ici.



Retour en haut de la page