Une adolescente dénonce le côté sombre des médias sociaux Reviewed by Roch Courcy on . Essena O'Neill. Le nom vous dit probablement quelque chose: il s'agit d'une «star» d’Instagram qui a récemment publié une vidéo dans laquelle elle dénonce le cô Essena O'Neill. Le nom vous dit probablement quelque chose: il s'agit d'une «star» d’Instagram qui a récemment publié une vidéo dans laquelle elle dénonce le cô Rating: 0

Une adolescente dénonce le côté sombre des médias sociaux

Par

Essena O’Neill. Le nom vous dit probablement quelque chose: il s’agit d’une «star» d’Instagram qui a récemment publié une vidéo dans laquelle elle dénonce le côté sombre des réseaux sociaux. Mais qu’en est-il vraiment?

 

essena-oneill

Pour ceux ou celles qui n’auraient pas encore entendu parler de cette histoire, en voici un court résumé.

«Les médias sociaux ne sont pas la vraie vie», a affirmé Essena. Elle a quitté Instagram, entre autres réseaux sociaux, parce qu’elle n’y faisait finalement que de l’auto-promotion et qu’elle était tannée de cette vie-là.

L’adolescente australienne a admis qu’elle touchait plus de 2000 $ par publication commanditée. Elle comptait plus de 600 000 abonnés sur Instagram, 260 000 abonnés sur YouTube, une forte présence sur Snapchat ainsi qu’un blogue sur Tumblr.

Fait ironique, depuis qu’elle a annoncé son départ des réseaux sociaux, de plus en plus de personnes la suivent.

Le 27 octobre dernier, Essena a supprimé plus de 2 000 photos de son compte Instagram, qu’elle jugeait inutiles et narcissiques, et modifié les légendes de ses 96 publications restantes. Son but: montrer le vrai visage d’Instagram.

Toutefois, après que son histoire ait fait le tour des médias, elle a supprimé entièrement son compte.

Elle dispose dorénavant d’un compte Vimeo, via lequel elle a notamment publié la fameuse vidéo «Why I think social media sucks».

Essena explique par ailleurs qu’elle «en avait assez de l’imposture» et qu’elle voulait «repartir à neuf avec un nouveau message basé sur l’estime de soi». Elle a même lancé un nouveau site Web intitulé Let’s Be Game Changers.

Un «stunt» publicitaire, un manque d’attention?

Le message d’Essena a résonné aux quatre coins de la planète, toutefois plusieurs internautes s’interrogent sur les réelles intentions de l’adolescente. Pourquoi? Entre autres parce qu’elle utilise les médias sociaux pour discréditer… les médias sociaux.

Selon elle, le traitement médiatique de sa sortie ne serait pas non plus le bon: elle souhaite que les gens réfléchissent au lieu de simplement reprendre son histoire.

Autre fait pour le moins étrange, Essena lance un appel aux dons (en argent) aux internautes, puisqu’elle ne bénéficie désormais plus du support des marques – qui lui assuraient jusqu’alors un excellent revenu pour payer son logement. Or, selon plusieurs médias, O’Neill fait encore partie des mannequins représentés par IMG Models.

D’autres «stars» des médias sociaux ont également dénoncé la vidéo d’Essena, comme les jumelles Nina et Randa. Dans leur vidéo de 15 minutes, elles passent l’histoire d’O’Neill au tordeur.

Avec ce coup de publicité, elle a plus d’adeptes que jamais sur Instagram … et sur YouTube aussi», affirme le duo dans la vidéo.

Le frère des jumelles y va lui aussi de son commentaire dans une vidéo où il affirme qu’Essena souffre en réalité d’un «syndrome de stress post-rupture», qui ferait suite à une relation avec un jeune homme rencontré lors de son séjour aux États-Unis.

Et la vérité dans tout ça?

Difficile d’y voir clair dans tout ce brouhaha.

Même si l’histoire d’Essena est fausse, elle aura quand même eu l’avantage de mettre en lumière le côté sombre des réseaux sociaux et de faire réfléchir plusieurs personnes: «pourquoi publierais-je cette photo de la réunion de famille annuelle au lieu de profiter du moment présent?».

Alors merci, Essena O’Neill, de nous faire réfléchir – même si ton histoire n’est peut-être pas vraie, et même s’il est difficile de croire une personne qui semble ravie d’accorder des entrevues aux médias du monde entier à propos de son histoire…

Et vous, qu’en pensez-vous?

Retour en haut de la page