Un Canadien sur sept a déjà piraté du contenu télévisuel ou cinématographique en ligne Reviewed by La Rédaction on . 28 juin 2018 Et la proportion est deux fois plus grande parmi ceux qui ne sont pas abonnés à un service de télévision payant comme le câble ou le satellite, ind 28 juin 2018 Et la proportion est deux fois plus grande parmi ceux qui ne sont pas abonnés à un service de télévision payant comme le câble ou le satellite, ind Rating: 0

Un Canadien sur sept a déjà piraté du contenu télévisuel ou cinématographique en ligne

28 juin 2018

Et la proportion est deux fois plus grande parmi ceux qui ne sont pas abonnés à un service de télévision payant comme le câble ou le satellite, indique l’Observateur des technologies médias (OTM), dans son dernier rapport.

Cette étude, intitulée Aperçu des cinq grandes tendances et publiée la semaine dernière, fournit également d’autres informations sur les tendances des consommateurs canadiens en matière de possession et d’utilisation d’appareils technologiques.

Publiée deux fois par an, elle est basée sur des entrevues téléphoniques menées auprès de 4 000 Canadiens dans toutes les régions du Canada entre mars et mai 2018.

 

En voici les faits saillants :

Sport électronique : la nouvelle tendance du visionnage des vidéos d’autres joueurs

Regarder d’autres personnes jouer à des jeux vidéo en ligne est devenu une industrie de plusieurs millions de dollars : un internaute canadien sur cinq (19 %) s’y est déjà adonné, sur des plates-formes comme Youtube ou Twitch.

Cette tendance est toutefois très générationnelle : la génération Z (18-28 ans) est trois fois plus susceptible de regarder du contenu de jeux électroniques, soit près d’un jeune adulte sur deux (48 %).

Piratage : une pratique mineure mais non négligeable

Selon les déclarations des répondants de l’étude, un Canadien sur sept (13 %) a piraté du contenu télévisuel ou cinématographique dans le dernier mois.

Il faut savoir à ce sujet que les Canadiens qui ne sont pas abonnés à un service de télévision payant comme le câble ou le satellite sont deux fois plus susceptibles de pirater du contenu télévisuel ou cinématographique que ceux qui sont abonnés à un tel service (26 %). Ce qui semble plutôt logique.

Les Canadiens ne sont pas des utilisateurs précoces des nouvelles technologies

Ou du moins, ils ne sont considèrent pas comme tel. En effet, il semble que un Canadien sur dix se considère comme un « utilisateur  précoce », ce qui signifie qu’ils sont parmi les premiers dans leur cercle d’amis à acquérir un nouveau gadget ou un nouvel appareil technologique. La majorité (46 %) se situe plutôt « dans la moyenne ».

Il convient tout de même d’affiner ce constat : le revenu disponible joue un grand rôle dans l’adoption des technologies et plus le revenu familial est élevé, plus la probabilité d’avoir accès à une nouvelle technologie est élevée.

 

La propension des francophones à regarder du contenu en anglais

OTM s’est également intéressé aux comportements des Canadiens francophones par rapport aux contenus diffusés. Ainsi, près de trois francophones sur cinq (59 %) regardent du contenu télévisuel et cinématographique en anglais. La moitié d’entre eux (53 %) le font d’ailleurs chaque semaine.

Les francophones abonnés à Netflix sont 36 % plus enclins à regarder du contenu en anglais. Même si la plate-forme s’est engagé récemment à produire plus de contenus québécois.

La rapide adoption des haut-parleurs intelligents

Les haut-parleurs intelligents ont fait irruption dans le marché canadien au cours du premier trimestre de 2018 et, déjà, près d’un Canadien sur dix (8 %) en possède un aujourd’hui. L’année de leur lancement, les tablettes affichaient un taux de pénétration de 3 % et Netflix de 6 %. Il s’agit donc d’un départ solide.

Parmi les constructeurs de ces appareils, c’est Google qui fait la course en tête (55 %) avec son Google Home devant Amazon (22%).

 

Découvrez nos formations marketing

Email Marketing : développer ses ventes et fidéliser sa clientèle

Gestion de communauté : Facebook

Gestion de communauté : Twitter, Instagram, Pinterest, LinkedIn et Snapchat

Marketing d’influence : Créer une campagne efficace

 

A propos de l'auteur

La Rédaction
Pour contacter la rédaction : redaction@isarta.com

Envoyez-nous vos communiqués de presse ou faites-nous part de votre actualité (nomination, nouveaux comptes, campagne publicitaire...), par courriel à redaction@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page