Forte hausse des achats en ligne cette année au Québec selon le CEFRIO Reviewed by La Rédaction on . 29 mars 2019 Le total des achats en ligne au Québec peut être estimé à 10,5 milliards de dollars en 2018, ce qui représenterait une hausse de 27 % par rapport à 29 mars 2019 Le total des achats en ligne au Québec peut être estimé à 10,5 milliards de dollars en 2018, ce qui représenterait une hausse de 27 % par rapport à Rating: 0

Forte hausse des achats en ligne cette année au Québec selon le CEFRIO

Par

m-commerce-e-commerce

29 mars 2019

Le total des achats en ligne au Québec peut être estimé à 10,5 milliards de dollars en 2018, ce qui représenterait une hausse de 27 % par rapport à 2017, selon les données du fascicule Le commerce électronique au Québec de l’enquête NETendances 2018 que vient de publier le CEFRIO. 

C’est 64 % des adultes québécois qui ont réalisé au moins un achat sur Internet en 2018, ce qui représente une hausse de 6 points de pourcentage comparativement à 2017 avec un panier d’achats mensuel moyen en 2018 de 293 $, soit une hausse de 7 % comparativement à l’année précédente.

Comme cela était également le cas en 2017, les hommes (69 %) ont été relativement plus nombreux que les femmes (59 %) à effectuer des achats sur Internet en 2018. Il en va de même pour les diplômés universitaires (80 %), les adultes ayant un revenu familial de 80 000 $ et plus (84 %) ainsi que les familles comptant au foyer des enfants de moins de 18 ans (80 % comparativement à 55 % lorsqu’il n’y a pas d’enfant).

Parmi les différents groupes d’âge à l’étude, la hausse la plus importante du pourcentage de ceux et celles qui achètent en ligne a été observée chez les 45 à 54 ans, avec 11 points de pourcentage, passant de 61 % en 2017 à 72 % en 2018. Cette hausse notable fait donc en sorte qu’on observe désormais une rupture générationnelle entre les adultes âgés de moins de 55 ans et ceux de 55 ans et plus », indique Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, au CEFRIO. 

La progression du commerce électronique est une tendance observée au Canada en général. En effet, selon Statistique Canada, les ventes réalisées en ligne par les détaillants canadiens s’élevaient à environ 18 milliards de dollars (en excluant les achats effectués par les consommateurs canadiens auprès de détaillants établis à l’étranger), ce qui représente une augmentation d’environ 14 % par rapport à l’année précédente.

De plus, selon l’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet, la proportion d’internautes canadiens qui magasinent en ligne et préfèrent acheter dans un point de vente physique plutôt qu’électronique est passée de 66 % en 2016 à 59 % en 2018, démontrant ainsi l’intérêt grandissant des canadiens pour les cyberachats.

Le panier moyen en hausse aussi de 7 %

En 2018, le taux de cyberacheteurs observé mensuellement a progressé par rapport à 2017, à l’exception du mois de décembre où le taux de cyberacheteurs a été de 46 % lors de ces deux années.

De plus, en 2018, le panier d’achats mensuel moyen a été de 293 $, soit une hausse de 7 % comparativement à l’année précédente.

La mode et le divertissement en tête des achats des adultes québécois

C’est à nouveau les articles liés à la mode qui trônent au sommet des achats en ligne des adultes québécois en 2018. Vêtements, chaussures, bijoux et accessoires ont ainsi été les produits achetés en ligne par la plus grande proportion d’adultes québécois, avec 38 % – une hausse de 7 points de pourcentage comparativement à 2017.

Suivent ensuite les billets pour spectacles et divertissement, avec 29 % (résultat relativement stable comparativement à 2017), puis la musique, les films et les jeux vidéos, avec 28 % (hausse de 5 points de pourcentage). 

Par ailleurs, on constate un léger recul des catégories « voyages et transport » (passant de 22 % en 2017 à 18 % en 2018), ainsi que « livres, revues et journaux » (passant de 19 % à 16 %).

Les frais de livraison : un frein important pour les cyberacheteurs

Dans le cadre de l’enquête, le CEFRIO a demandé aux répondants de définir l’importance qu’ils accordent à diverses conditions de livraison pour les articles achetés en ligne. Des options présentées, c’est le fait de ne pas avoir à payer de frais de livraison lors d’un achat en ligne qui arrive en tête, avec 84 % des cyberacheteurs québécois pour qui cette condition est importante. 

Par ailleurs, seulement 34 % des cyberacheteurs québécois ont mentionné que la livraison en moins de 24 heures était importante. On note toutefois que les hommes ayant acheté en ligne en 2018 ainsi que les cyberacheteurs comptant au foyer des enfants de moins de 18 ans sont relativement plus nombreux à souhaiter la livraison en moins d’une journée (40 % des hommes ayant acheté sur Internet et 39 % des cyberacheteurs avec enfants à la maison).

Enfin, c’est 80 % des cyberacheteurs québécois qui trouvent important, en 2018, de pouvoir retourner en magasin ou dans un point de service les articles achetés en ligne. De plus, l’étiquette de retour payée fournie à la livraison d’articles achetés en ligne est d’ailleurs perçue comme étant importante par deux cyberacheteurs québécois sur trois (66 %). 


Une légère progression du ramassage en magasin

En 2018, 41 % des cyberacheteurs québécois ont choisi de ramasser en magasin les produits qu’ils avaient achetés en ligne, ce qui représente une légère augmentation par rapport à 2017 (3 points de pourcentage). Toutefois, ce mode de livraison n’est pas utilisé de façon récurrente par la majorité des cyberacheteurs – bien au contraire : c’est seulement 4 % d’entre eux qui ont dit avoir eu recours fréquemment à cette approche.

Presque le tiers des cyberacheteurs québécois a retourné en magasin des articles qu’ils avaient acheté en ligne au cours de l’année 2018. Comme cela était le cas en 2017, cette pratique a été plus courante auprès des cyberacheteuses (33 %), des cyberacheteurs diplômés de l’université (39 %) et ceux âgés de 35 à 44 ans (36 %). C’est d’ailleurs au sein de ce dernier sousgroupe qu’on retrouve une plus grande proportion de gens qui retournent souvent des cyberachats en magasin.

Découvrir l’inventaire en ligne avant de se rendre sur place

Les internautes québécois ont pris l’habitude de consulter en ligne l’inventaire d’un magasin avant de se rendre sur place. En 2018, c’est 72 % des internautes québécois qui ont procédé ainsi, une hausse de 6 points de pourcentage en comparaison à 2017. 

L’augmentation de ce comportement en 2018 est en grande partie attribuable aux plus jeunes internautes québécois : on observe une hausse de 19 points de pourcentage chez ceux âgés de 18 à 24 ans et une hausse de 9 points de pourcentage chez les 25 à 34 ans », observe Claire Bourget.

De plus, c’est 56 % des adultes québécois qui ont utilisé leur appareil mobile en magasin pour rechercher de l’information, ce qui représente une augmentation de 18 points de pourcentage face à 2017. Dans ce contexte, les adultes québécois utilisent principalement leur appareil mobile pour y chercher de l’information sur un produit (50 %), pour demander l’avis de leur proche sur un produit en leur transmettant une photo (38 %) et pour comparer les prix avec ceux des compétiteurs (37 %).

 

Amazon Prime continue sa croissance au Québec 

L’importance d’Amazon dans l’univers du commerce électronique reste indéniable et la popularité grandissante du service « Amazon Prime » au Québec en témoigne. En effet, en 2018, c’est 16 % des adultes québécois – et un cyberacheteur sur quatre (25 %) – qui sont membres du service. Il s’agit d’une progression notable de 8 points de pourcentage chez les adultes québécois et de 12 points de pourcentage chez les cyberacheteurs québécois comparativement à 2017 – avec des hausses plus accentuées chez les 18 à 24 ans (passant de 2 % en 2017 à 20 % en 2018) ainsi que chez les 45 à 54 ans (passant de 6 % à 21 %). 

 

Pour réaliser le volet « Commerce électronique » de l’enquête NETendances 2018, le CEFRIO a utilisé une collecte de données réalisée du 9 au 21 janvier 2019, au cours de laquelle 1 000 adultes québécois âgés de 18 ans et plus ont été interrogés par voie téléphonique (20 % de numéros mobiles et 80 % de numéros filaires).

Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région et de la langue des répondants afin d’assurer la représentativité de l’ensemble des adultes québécois. La marge d’erreur maximale, selon la proportion estimée, se situe à ± 3,10 % pour la base des adultes, à ± 3,23% pour la base des internautes et à ± 4,03 % pour la base des cyberacheteurs, et ce, 19 fois sur 20.

Ces autres articles pourraient aussi vous intéresser :

Spectaculaire augmentation de l’usage des médias sociaux chez les Québécois selon le CEFRIO

Selon le CEFRIO, les aînés sont de plus en plus connectés et optimistes face au numérique

Étude CEFRIO : Les Québécois délaissent de plus en plus la télévision au profit des services de visionnement en ligne comme Netflix ou Club Illico

 



Retour en haut de la page