Les Milléniaux, la génération la plus travaillante de l’histoire ? Reviewed by Philippe Jean Poirier on . [caption id="attachment_69695" align="aligncenter" width="626"] Photo : Brooke Cagle / Unsplash[/caption] 28 octobre 2019 On les pensait hédonistes, bohèmes, ob [caption id="attachment_69695" align="aligncenter" width="626"] Photo : Brooke Cagle / Unsplash[/caption] 28 octobre 2019 On les pensait hédonistes, bohèmes, ob Rating: 0

Les Milléniaux, la génération la plus travaillante de l’histoire ?

Par

Photo : Brooke Cagle / Unsplash

28 octobre 2019

On les pensait hédonistes, bohèmes, obsédés par les voyages et les activités sociales. En fin de compte, on constate que les milléniaux sont une génération d’ambitieux stressés, d’achievers et de bourreaux de travail incapables de décrocher de retour à la maison. Portrait.

Sondage après après sondage, on découvre que les générations montantes sont beaucoup plus travaillantes qu’on le pensait. À titre indicateur, le récent rapport Regard statistique sur la jeunesse montre que la proportion des 15 à 29 ans qui occupent un emploi a bondi de 56,8% à 70,1% de 1998 à 2018.

Les milléniaux, eux, sont tellement travaillants qu’une majorité d’entre eux (73%) éprouvent des symptômes d’épuisement au travail. Ils prennent peu de vacances (48 % des milléniaux américains ne prennent pas toutes les vacances auxquelles ils ont droit) et démontrent une ambition insatiable de gravir les échelons professionnels, en changeant constamment d’emploi (en 2016, 60 % étaient ouverts à de nouvelles opportunités professionnelles et 36 % s’attendaient à changer d’organisation dans l’année à venir).

Or, voici qu’un nouveau sondage de SimplyHired révèle qu’ils ont aussi beaucoup de difficulté à décrocher du travail une fois de retour à la maison.

À quoi tu penses? (au travail, évidemment!)

Le sondage démontre une tendance claire : plus les travailleurs sont « jeunes », plus ils ont de la difficulté à faire une séparation entre le travail et la vie privée.

Les milléniaux ont beau pousser très fort pour la conciliation travail-vie personnelle, explique-t-on sans le sondage, quand vient le temps de mettre l’idée en action, ils éprouvent de grandes difficultés. Pendant que 58 % des baby-boomers rapportent faire la transition du travail à la maison sans difficulté, seulement 36,2 % des milléniaux affirment la même chose. Inversement, la génération « du burn-out » était la plus encline à trouver cette transition « difficile d’une manière ou d’une autre ».

Sachant que les milléniaux devront travailler encore longtemps puisque, d’une part, l’épargne n’est pas une priorité pour eux et que, d’autre part, l’espérance de vie ne va qu’en augmentant, il est raisonnable de penser qu’ils seront peut-être, finalement, la génération la plus travaillante de l’histoire !

Un conseil pour décrocher

Dans son étude, SimplyHired a tenté de dégager les habitudes permettant aux professionnels de décrocher plus facilement du travail.

Pour y arriver, la firme a répertorié les habitudes les plus récurrentes provenant des professionnels se déclarant « satisfaits » de leur emploi, ainsi que les habitudes les plus récurrentes provenant de ceux se disant « stressés » par leur emploi.

Dans les cas deux, l’habitude la plus répandue pour décrocher est la même : « désactiver les alertes et les notifications liées au travail ».

Il se peut que les employés éprouvent une grande satisfaction au travail précisément parce qu’ils éteignent leurs notifications après le travail, alors que ceux qui sont stressés éteignent leurs notifications pour se sentir libéré du travail. Peu importe la raison, [ces deux groupes de professionnels] sont sur la bonne piste, puisque désactiver les notifications améliore la conciliation travail-famille, augmente la productivité et réduit le stress. »

Retrouvez tous nos articles concernant les Milléniaux et la génération Z ici.



Retour en haut de la page