Les 3 apports de l’intelligence artificielle qui vont bouleverser les RH selon Jean-Baptiste Audrerie Reviewed by Philippe Jean Poirier on . 28 juin 2016 L’IA fait progressivement son entrée dans la sphère des ressources humaines. Jean-Baptiste Audrerie, psychologue organisationnel et chef de pratiqu 28 juin 2016 L’IA fait progressivement son entrée dans la sphère des ressources humaines. Jean-Baptiste Audrerie, psychologue organisationnel et chef de pratiqu Rating: 0

Les 3 apports de l’intelligence artificielle qui vont bouleverser les RH selon Jean-Baptiste Audrerie

28 juin 2016

L’IA fait progressivement son entrée dans la sphère des ressources humaines. Jean-Baptiste Audrerie, psychologue organisationnel et chef de pratique chez Horizons RH, a profité du rendez-vous TRANSFORMATION organisé par l’Ordre des CRHA pour montrer comment les machines intelligentes peuvent accélérer, personnaliser et augmenter les processus RH.

1. Accélérer

Le premier gain à rechercher en intelligence artificielle est celui d’accélérer les processus, par l’automatisation de certaines tâches.

En recrutement, il y a beaucoup de volume et il y a de la répétition. Il est donc possible de faire des gains en automatisant les processus. Plus besoin de passer des heures et des heures à trier des CV, la machine peut le faire pour vous. Elle traite l’information et repère des compétences. »

Dès qu’il y a un match, la machine peut vous faire des suggestions pour réagir plus rapidement, afin d’accélérer le recrutement et vous démarquer de vos compétiteurs.»

Au-delà du recrutement, c’est tout le processus décisionnel de l’entreprise qui est accéléré :

Les données que vous accumulez sur votre entreprise vous permettent d’alimenter le comité de direction ou de gouvernance avec des informations stratégiques, afin qu’il puisse prendre des décisions plus rapidement. »

2. Personnaliser

L’autre grand chantier de l’intelligence artificielle est la personnalisation des interactions.

Si le système dialogue avec vos employés, vos gestionnaires et vos candidats, vous avez la possibilité de transformer l’expérience pour la rendre plus interactive, plus parlante, plus humaine… On investit alors dans la technologie pour paraître plus humain. Ça peut sembler paradoxal, mais l’objectif, en fin de compte, c’est d’augmenter l’engagement. Par l’interaction, on redonne aux gestionnaires, aux employés et aux candidats une information de qualité. »

Jean-Baptiste Audrerie donne un exemple simple : celui de la formation continue. Un peu à la manière de Netflix, qui propose des contenus en fonction de nos habitudes d’écoute, des applications de formation continue existent déjà pour proposer des contenus qui tiennent compte de des goûts, des intérêts, des compétences et du style d’apprentissage de l’employé.

Les bots conversationnels utilisés dans le domaine du recrutement permettent eux aussi de personnaliser l’expérience candidat :

Aussitôt qu’une personne dépose son CV, elle reçoit un message qui l’invite à répondre à 4 questions… L’interaction est déjà commencée, elle reçoit de l’information de qualité. Le but étant de l’intéresser à l’entreprise. Le recrutement, c’est un processus de découverte mutuel. »

3. Augmenter 

Finalement, l’intelligence artificielle viendra « augmenter » la capacité de prédiction de la fonction RH :

La fonction ressource humaine est une fonction de prédiction, explique Jean-Baptiste Audrerie. On cherche à prédire la masse salariale, la productivité des employés, prédire la rétention et le départ des employés, etc. L’intelligence artificielle peut vous aider à faire ces prédictions, en se basant sur des milliers d’interactions. »

Elle peut aussi vous aider avec la prescription :

Dans une application, il y a des notifications. Il peut y avoir des règles d’absence, par exemple. Tel employé s’est absenté plus souvent que prévu, il y a peut-être une intervention à faire… On anticipe le début d’un problème. Le système signale des situations, mais peut aussi suggérer des pistes d’actions. »crh

Quelle place pour les CRHA ?

C’est à se demander s’il restera une place pour les conseillers en ressources humaines dans un monde façonné par l’intelligence artificielle?

À cette question, Jean-Baptiste Audrerie se fait rassurant. Tout d’abord, les CRHA auront le rôle d’« éduquer » les machines, en les nourrissant de données et en validant leurs choix. Ensuite, il faudra une personne en chair et en os pour agir dans l’organisation et concrétiser les actions suggérées par la machine.

 

Découvrez nos formations Isarta

Publicités payantes sur Facebook

Les milléniaux : les comprendre, les gérer

SEO : Comprendre et optimiser le référencement naturel

Google Analytics : Les bases

Google Analytics : Avancé

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste indépendant qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Mandats actuels: recherche d’emploi, vie au travail, TI, finances personnelles, tourisme, famille et vélo. Courriel: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page