Le marketing d’influence et les influenceurs ne se sont jamais aussi bien portés Reviewed by La Rédaction on . [caption id="attachment_66226" align="aligncenter" width="656"] Photo : Maddi Bazzocco / Unsplash [/caption] 18 juin 2019 Le marketing d'influence est-il en cri [caption id="attachment_66226" align="aligncenter" width="656"] Photo : Maddi Bazzocco / Unsplash [/caption] 18 juin 2019 Le marketing d'influence est-il en cri Rating: 0

Le marketing d’influence et les influenceurs ne se sont jamais aussi bien portés

Par

18 juin 2019

Le marketing d’influence est-il en crise ? Avec le phénomène des faux influenceurs, les polémiques de certaines vedettes, même ici au Québec, voire la question de l’authenticité de cette pratique, à la suite d’un édifiant reportage de La Presse, on pourrait croire que oui. Les chiffre démontrent pourtant le contraire.

La source de cette affirmation ? Le dernier rapport publié par la firme marketing spécialiste des médias sociaux Social Baker. Au premier trimestre 2019, les publications rémunérées des influenceurs ont augmenté de 133 % par rapport à l’an passé.

En une année, le nombre d’influenceurs collaborant avec des marques (utilisant le #ad) a plus que doublé et est ainsi passé de 11 215 à 24 419.

En Amérique du nord, premier marché des influenceurs, le chiffre de croissance est même de +150 %.

Rappelons également que le marché du marketing d’influence devrait atteindre les 10 milliards de dollars US d’ici 2020. De quoi justifier l’arrivée de nouveaux joueurs au Québec ou d’agence spécifiquement dédiée à Instagram.

Voici les autres éléments notables à retenir de ce rapport.

Tout d’abord, et ce n’est pas une surprise, Instagram est la plateforme qui connaît le plus grand engagement de sa communauté.

C’est devenu le média social numéro 1 pour ce qui est de l’engagement pour les marques. Malgré une audience plus faible, Instagram connaît des utilisateurs plus engagés que sur Facebook », indique Yuval Ben-Itzhak, le PDG de Socialbakers.

Les stories représentent également une tendance de fond : en un an, elles ont augmenté de 21 %.

Toujours dans le thème des formats, rappelons que les photos sont toujours les contenus prédominants et préférés des influenceurs (91 % des contenus en janvier 2017 et encore 71 % en 2019).

Il faut dire qu’Instagram a été conçu spécialement pour ce format à l’origine, malgré la volonté du réseau de pousser les vidéos de plus en plus.

Le rapport indique que ce n’est pas parce qu’on a un compte très suivi que l’on fait obligatoirement des contenus commandités. Ainsi, 26 % des influenceurs ayant plus de 1 million d’abonnés ont utilisé le #ad dans leurs publications.

Une pratique largement recommandée pour divulguer le lien entre une marque et un influenceur.

Point intéressant à retenir : le taux d’engagement d’un influenceur est en moyenne inférieur quand il s’agit d’une publication commandité  (415 interactions en moyenne, contre 442 pour un message ne contenant pas la mention #ad).

Qui sont les influenceurs ?

La deuxième partie du rapport s’intéresse, dans les grandes masses, aux différents types d’influenceur. À commencer par les micro et nano-influenceurs qui représentent la majeure partie des troupes.

D’un point de vue sociologique, notons que ce sont en majorité des femmes de moins de 35 ans (plus de 6 millions contre à peine 4,5 millions pour les hommes pour cette catégorie d’âge).

Au total, dans le monde, SocialBaker recense plus de 300 000 influenceurs travaillant pour des marques de mode, la première industrie en matière de marketing d’influence devant le secteur de la beauté (qui concentre cependant le plus de mentions) et le commerce électronique.

Pour l’anecdote, la marque la plus mentionnée est… Daniel Wellington, l’entreprise de montre qui travaille avec plus de 7 000 influenceurs !

 

Vous pouvez découvrir le rapport dans son intégralité ici.



Retour en haut de la page