On est plus créatif quand on est jeune et qu’on écoute de la musique : faux répond la science Reviewed by Philippe Jean Poirier on . [caption id="attachment_65855" align="aligncenter" width="753"] Photo : Alice Achterhof / Unsplash[/caption] 4 juin 2019 Deux études récentes viennent mettre en [caption id="attachment_65855" align="aligncenter" width="753"] Photo : Alice Achterhof / Unsplash[/caption] 4 juin 2019 Deux études récentes viennent mettre en Rating: 0

On est plus créatif quand on est jeune et qu’on écoute de la musique : faux répond la science

Par

4 juin 2019

Deux études récentes viennent mettre en doute des idées tenaces que l’on entretient envers la créativité. Non, les jeunes ne sont pas plus créatifs que les vieux. Et non, nous ne sommes pas plus imaginatifs en écoutant de la musique dans son casque d’écoute ! Explications.

La première étude provient de la sphère économique, mais les auteurs assurent que les conclusions peuvent s’appliquer à d’autres champs d’activités.

Bruce A. Weinberg et son équipe de recherche de l’université d’État de l’Ohio ont étudié le profil de 31 lauréats du prix Nobel d’économie pour tenter de voir si leur profil d’innovation avait un lien avec l’âge à laquelle ils ont fait leurs travaux les plus innovateurs.

Plusieurs personnes croient que la créativité est exclusivement associée à la jeunesse, mais ça dépend réellement de quelle sorte de créativité on parle”, ont expliqué ici les auteurs.

Les chercheurs ont en effet identifié parmi le bassin à l’étude deux profils créatifs distincts, en fonction de l’âge à laquelle les lauréats se sont distingués. Les « Nobel » les plus jeunes ont été qualifiés “d’innovateurs conceptuels”:

Ce type d’innovateurs pense en dehors du cadre établi, défie la sagesse populaire et tend à trouver de nouvelles idées soudainement. Les innovateurs conceptuels atteignent leur sommet tôt en carrière, avant qu’ils ne deviennent immergés dans les théories déjà existantes de leur champ de pratique”, a expliqué Bruce A. Weinberg.

Le profil associé aux lauréats plus âgés est celui « d’innovateur expérimental »:

Ce type d’innovateurs cumule les connaissances tout au long de leur carrière et découvre de nouvelles manières d’analyser, d’interpréter et de synthétiser l’information, proposant ainsi de nouvelles manières d’appréhender le sujet.”

Après l’analyse des 31 prix Nobel d’économie, l’équipe de recherche de l’université d’État de l’Ohio a pu situer le pic créatif des innovateurs conceptuels entre 25 et 29 ans et celui des innovateurs expérimentaux à… 57 ans!

Voilà qui donne matière à réfléchir aux agences de pub, qui carbure à la jeunesse pour trouver des idées surprenantes, qui frappent l’imaginaire.

Pascal Henrard faisait l’éloge, il y a quelque temps, des têtes grises en création publicitaire (L’âge de la créativité à lire ici). Les agences ont sans doute intérêt à s’entourer de quelques créatifs seniors s’ils veulent réinventer « la manière » de faire la pub.

Dans les coulisses de la Factry, la nouvelle école montréalaise pour apprendre… la créativité !

La musique… moins inspirante qu’on ne le pense !

Davantage ludique, la seconde étude a tout de même de quoi surprendre. Combien d’entre nous ont l’habitude d’écrire sur une trame musicale savamment choisie pour nous inspirer? Cette technique mérite d’être reconsidérée, à la lumière d’une étude publiée dans l’Applied Cognitive Psychology.

Emma Threadgold et son équipe ont mené une expérience toute simple. Ils ont demandé à des participants de passer un test d’association créative dans quatre contextes différents : dans le silence, avec de la musique instrumentale, de la musique avec paroles d’une langue étrangère et de la musique familière.

Résultat : les trois contextes musicaux ont eu un impact négatif sur les résultats au test, et ce, que le participant écoute une musique qu’il apprécie ou non ou qu’il ait déjà l’habitude d’écouter de la musique au quotidien.

Bon à savoir !

Retour en haut de la page