Feuilles de temps ‘sans contact’, suivi des griefs et veille des réseaux sociaux : quelles sont les nouvelles tendances techno en RH ? Reviewed by Philippe Jean Poirier on . 3 mai 2021 En mars dernier, les experts des technologies RH Romain Charbonneau et Jean-Baptiste Audrerie ont partagé leurs applications « coups de coeur » 2021 3 mai 2021 En mars dernier, les experts des technologies RH Romain Charbonneau et Jean-Baptiste Audrerie ont partagé leurs applications « coups de coeur » 2021 Rating: 0

Feuilles de temps ‘sans contact’, suivi des griefs et veille des réseaux sociaux : quelles sont les nouvelles tendances techno en RH ?

Par

3 mai 2021

En mars dernier, les experts des technologies RH Romain Charbonneau et Jean-Baptiste Audrerie ont partagé leurs applications « coups de coeur » 2021 lors d’un Webinaire en direct, par la suite mis en ligne sur YouTube. Le palmarès donne une idée du degré de sophistications des outils de recrutement et de gestion RH. Voici trois solutions québécoises qui ont accroché notre attention.

1. Workaxle, pour sa feuille de temps ‘sans contact’

Basée à Montréal, l’équipe de Workaxle offre une plateforme de planification et d’optimisation de la main-d’oeuvre, dopée à l’intelligence artificielle, conçue pour les entreprises de 100 employés et plus.

On a ici un outil de gestion de la main-d’oeuvre sur les stéroïdes, dit Romain Charbonneau, président-directeur général de Horizons RH. C’est une plateforme qui excelle au niveau de la planification de la main-d’oeuvre et de la gestion des horaires, dans des contextes très exigeants comme la restauration, le domaine hôtelier, le tourisme, soit des secteurs où on a une main-d’oeuvre contingente, qui varie beaucoup, qui tourne et dont les horaires sont excessivement variables. »

La plateforme permet entre autres de prendre les présences au travail; une radiobalise (ou un « beacon ») fonctionnant par bluetooth et installée sur le lieu de travail communique avec le cellulaire de l’employé pour enregistrer sa présence au travail. Le tout automatisé… et sans contact!

2. Presensia, pour faire le suivi des contentieux

Fondée en 2015, Presentia se présent comme « le seul produit d’envergure en gestion des relations de travail », annonce Romain Charbonneau. Principalement utilisée dans les milieux hautement syndiqués, la plateforme permet d’unifier toutes les informations concernant un grief individuel ou collectif – dates d’audition, les notes et les documents requis à chaque étape réglementaire, les coordonnées des intervenants et des notifications à chaque étape du processus.

Il s’agit d’un outil de collaboration entre les intervenants d’un contentieux, explique Romain Charbonneau. C’est une solution abordable, avec un prix variant de 0.35$ à 0.75$ par employé. C’est une solution intuitive qui favorise une adhésion rapide des utilisateurs. Et elle est en constante évolution en fonction des besoins des métiers. »

3. Valital, pour voir ce que vous écrivez sur les médias sociaux

Valital signifie « validation des talents ». Basée à Montréal, la plateforme vous aide à valider la réputation numérique des candidats que vous voulez recruter ou effectuer une veille de vos employés sur le Web « public ».

Si vous êtes dans un environnement qui est sous la loupe de la réglementation, des journalistes, de tout risque en ce genre, vous avez peut-être besoin de savoir des choses sur vos candidats, sur vos futurs partenaires qui sont de l’ordre du public, explique Jean-Baptiste Audrerie, vice-président des services-conseils de Horizons RH. Ils sont peut-être quelque part sur le Web, notamment avec des situations d’inconduites, on parle beaucoup des enjeux de diversité, de comportements, d’attitudes et d’inconduites. Valital peut faire ses validations en quelques secondes. »

Jean-Baptiste Audrerie précise que Valital se limite au Web public. Utilisée par des organisations publiques ou parapubliques, la plateforme permet une « diligence » rapide et ensuite une veille de ce qui est dit sur les profils publics des réseaux sociaux des employés et fait remonter les contenus pouvant porter atteinte à la réputation de l’entreprise.

Vous ne voulez pas être informé par un partenaire ou les médias, si un de vos partenaires a un comportement inconséquent », conclut Jean-Baptiste Audrerie.

Retrouvez l’ensemble de l’intervention dans la vidéo ci-dessous :



Retour en haut de la page