Les aînés québécois de plus en plus adeptes du téléphone intelligent selon le CEFRIO Reviewed by La Rédaction on . 9 octobre 2019 Dans sa dernière enquête NETendances, le CEFRIO s'est intéressé aux comportement spécifiques des aînés concernant les nouvelles technologies. Voi 9 octobre 2019 Dans sa dernière enquête NETendances, le CEFRIO s'est intéressé aux comportement spécifiques des aînés concernant les nouvelles technologies. Voi Rating: 0

Les aînés québécois de plus en plus adeptes du téléphone intelligent selon le CEFRIO

Par

9 octobre 2019

Dans sa dernière enquête NETendances, le CEFRIO s’est intéressé aux comportement spécifiques des aînés concernant les nouvelles technologies. Voici les faits saillants à retenir. 

En 2019, 46 % des aînés au Québec disposent d’un téléphone intelligent, une augmentation de 9 points de pourcentage depuis 2018. Par ailleurs, en 2019, 47 % des aînés se connectent à Internet plusieurs fois par jour, ce qui représente une augmentation de 6 points de pourcentage en un an.

C’est le grand constat qui ressort de la plus récente enquête NETendances 2019 du CEFRIO, portant sur l’usage du numérique par les aînés québécois. Pour obtenir ces résultats, trois collectes de données ont été réalisées de mars à mai 2019 au cours desquelles 679 adultes québécois âgés de 65 ans et plus ont été interrogés par voie téléphonique (les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région et de la langue des répondants afin d’assurer la représentativité de l’ensemble des aînés québécois).

Taux de branchement à Internet 

En 2019, 81 % des aînés québécois disposent d’une connexion Internet à domicile, un taux stable depuis 2017. Par ailleurs, chez les aînés dont le revenu familial est de 60 000$ et plus, ce taux est de 95 %.

On observe également un taux plus élevé de l’ordre de 86 %  chez les aînés de la tranche d’âge de 65 à 74 ans comparativement à 72 % chez les aînés âgés de 75 ans et plus.  

Autres appareils numériques dont disposent les aînés

La moitié des aînés québécois en 2019 (51 %) disposent d’une tablette électronique et 68 % d’un ordinateur. En outre, les aînés adhèrent graduellement aux nouvelles technologies telles que les montres intelligentes ou les bracelets d’exercice (6 %) ou même les objets connectés pour contrôler des éléments de la maison (9 %).

Parallèlement, on remarque que les aînés vivant seuls sont moins nombreux à détenir au moins un appareil numérique tel qu’un ordinateur, une tablette électronique ou un téléphone intelligent (72 %) comparativement aux aînés vivant dans un foyer de deux personnes (89 %).

Les aînés québécois sont de plus en plus nombreux à prendre conscience des possibilités qu’offre le numérique dans leur quotidien; l’accès au Web vient ainsi enrichir leurs habitudes et leur qualité de vie, en leur donnant un accès plus large, chez eux », indique Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, au CEFRIO.

Activités réalisées sur le Web

Internet leur permet de réaliser plusieurs activités, tel que consulter l’actualité (p. ex. : Cyberpresse, le site Web de Radio-Canada, etc.) (46 %), regarder du contenu vidéo gratuit sur des sites comme YouTube (34 %) ou même publier ou partager du contenu (p. ex. : vidéos, photos, commentaires, etc.) sur un ou plusieurs réseaux sociaux (27 %).

En 2019, parmi ces activités disponibles sur le Web, 58 % des adultes québécois âgés de 65 ans et plus en ont réalisé au moins une.

En outre, pour communiquer avec leur famille et leurs amis, 56 % des aînés utilisent le courriel, 36 % les messages texte, 31 % les réseaux sociaux, 23 % les appels vidéo et 14 % la téléphonie sur Internet.

La technologie au service de la santé des aînés

L’enquête du CEFRIO indique également qu’un nombre croissant de personnes âgées au Québec utilisent Internet pour mieux suivre et gérer leur état de santé.

Ainsi, près d’un aîné québécois sur trois âgé de 65 ans et plus (31 %) indique qu’il utilise au moins un objet ou un outil numérique, que ce soit pour prendre rendez-vous avec un professionnel de la santé (18 %),  faire le suivi de sa santé (13 %) (p. ex. : suivre son poids, la qualité de son sommeil, ses activités physiques, sa pression artérielle, etc.) ou encore gérer une prescription ou renouveler des médicaments d’ordonnance sur le Web ou par le biais de l’application mobile de sa pharmacie (10 %).

Notons que les adultes de la tranche des 65 à 74 ans utilisent davantage Internet à ces fins (33 %) comparativement à la tranche des 75 ans et plus (26 %).

C’est indéniablement un signe encourageant, qui témoigne non seulement de l’intérêt soutenu qu’ont les aînés pour les nouvelles technologies, mais également de leur aisance grandissante à l’utiliser, en particulier à l’égard de leur propre santé », a commenté Guy Paré, Ph. D.  et titulaire de la Chaire de recherche en santé connectée de HEC Montréal.

Retrouvez toutes les études et nouvelles du CEFRIO ici.



Retour en haut de la page